Attentat déjoué : le projet des détenus radicalisés

Trois suspects, dont deux détenus, ont été mis en examen le 26 juillet, suite à un projet d'attentat. Une lettre d'allégeance à l'État islamique a été retrouvée par les enquêteurs.

Trois hommes sont soupçonnés d'avoir préparé un attentat, pour certains depuis leur cellule de prison. Ils ont été mis en examen pour association de malfaiteurs terroriste. Le premier est un ancien légionnaire de 42 ans, converti à l'islam, il avait été libéré en début d'année. Les enquêteurs ont découvert une lettre d'allégeance à l'État islamique en sa possession. Les deux autres, plus jeune, étaient derrière les barreaux lorsqu'ils ont été interpellés le 26 juillet.

Un revenant du jihad et un condamné pour apologie du terrorisme

L'un d'eux, 31 ans, serait un revenant du jihad, condamné à six ans de prison ferme, il avait passé six mois en Syrie avant la proclamation du califat État islamique. Le dernier, 27 ans, est qualifié comme le cerveau du groupe. Il purgeait une peine pour apologie du terrorisme à la maison centrale de Saint-Maur dans l'Indre. Le détenu devait être libéré ce mois-ci, c'est ce qui a précipité le coup de filet des enquêteurs. Les trois hommes n'avaient pas déterminé de cible précise, mais ils auraient notamment évoqué une attaque contre des surveillants pénitentiaires. 

Le JT
Les autres sujets du JT
La maison centrale de Saint-Maur dans l\'Indre où Jean-Claude Romand est détenu depuis sa condamnation à vie en 1996.
La maison centrale de Saint-Maur dans l'Indre où Jean-Claude Romand est détenu depuis sa condamnation à vie en 1996. (GUILLAUME SOUVANT / AFP)