Un "gilet jaune" éborgné en 2019 à Paris obtient 30 000 euros d'indemnisation provisoire

La Commission d'indemnisation des victimes d'infractions du tribunal judiciaire de Paris estime que les violences "sont incontestables et qu'aucune faute ne peut être relevée à l'encontre" du manifestant.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Manuel Coisne au moment où il a reçu un projectile dans l'œil gauche, place d'Italie à Paris, le 16 novembre 2019. (FRED / AFP)

La Commission d'indemnisation des victimes d'infractions (Civi) du tribunal judiciaire de Paris a accordé, jeudi 3 juin, 30 000 euros d'indemnisation provisoire à Manuel Coisne, un "gilet jaune" éborgné à Paris en novembre 2019, selon une décision consultée par l'AFP.

Manuel Coisne avait été blessé à l'œil par une grenade lacrymogène le 16 novembre 2019 lors d'une manifestation déclarée et autorisée des "gilets jaunes" place d'Italie, à Paris, qui avait dégénéré avant d'être annulée par la préfecture de police. Sur la vidéo, extrêmement virale, témoignant du moment de sa blessure, on voit cet homme âgé alors de 41 ans discuter à l'écart du chaos avec d'autres manifestants, à proximité du centre commercial Italie 2. Soudainement, un projectile vient heurter violemment son œil gauche.

Une expertise médicale demandée

Une enquête avait été ouverte, rapidement confiée à un juge d'instruction, pour "violences volontaires par une personne dépositaire de l'autorité publique suivies de mutilation ou infirmité permanente", une infraction criminelle. Trois jours après la blessure, une expertise médicale avait certifié que la perte de l'œil était totale et définitive, avec séquelles esthétiques et fonctionnelles.

Dans sa décision, la Civi estime que les violences "sont incontestables et qu'aucune faute ne peut être relevée à l'encontre [de Manuel Coisne] dans la mesure où, comme en témoigne l'examen des faits filmés par plusieurs caméras, il était en train de discuter calmement". La commission demande une expertise médicale concernant ses blessures afin d'établir l'indemnisation définitive.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Violences policières

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.