Loi "Sécurité globale" : les cadres de LREM entendus par Jean Castex dimanche, Gérald Darmanin pas convié

L'entourage de Gérald Darmanin a fait savoir que le ministre de l'Intérieur a appris cette réunion par la presse et qu'il était assez mécontent d'avoir été écarté.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Gérald Darmanin quitte l'hotel Matignon, le 29 novembre 2020. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

Le Premier ministre Jean Castex a reçu dimanche à Matignon les cadres de La République en marche (LREM), dont le délégué général du parti, Stanislas Guerini, pour évoquer l'article 24 du projet de loi "Sécurité globale" qui suscite la controverse, selon les informations recueillies par franceinfo. Gérald Darmanin n'a en revanche pas été convié à cette réunion informelle. Et il l'a plutôt mal pris : son entourage fait savoir que le ministre de l'Intérieur l'a appris par la presse et qu'il était assez mécontent d'avoir été écarté.

"Il ne change pas avec la météo"

Ce lundi, Gérald Darmanin sera entendu par la commission des lois de l'Assemblée nationale à 18h15 "sur les conditions dans lesquelles les forces de l’ordre ont eu recours à la force lors de différents événements survenus à Paris depuis la manifestation du 17 novembre 2020". Selon nos informations, le ministre restera sur sa ligne et ses convictions : "Il ne change pas avec la météo", commente son entourage, c’est-à-dire mieux protéger les forces de l’ordre, ne pas jeter l’opprobre sur une profession, tout en dénonçant ceux qui franchissent la ligne rouge.

L'usage de la force par les forces de l'ordre en France pose question et suscite un débat virulent après la diffusion des images de l'arrestation du producteur de musique Michel Zecler à Paris. Cette vidéo montre l'homme au sol, frappé par plusieurs policiers. Des témoins font également état de propos racistes à l'encontre du producteur de musique. Les quatre policiers mis en cause ont été mis en examen dans la nuit de dimanche à lundi et deux d'entre eux ont été écroués.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.