Violences policières : Gérald Darmanin fragilisé ?

En quelques jours, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin s'est retrouvé dans la tourmente à cause de plusieurs scandales. Il a créé de la division au sein de la majorité.

France 2

Une évacuation d'un camp de migrants place de la République, puis les vidéos de Michel Zecler, producteur de musique, tabassé par trois policiers... Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin est, ces derniers jours, au centre de toutes les crispations. Toute la semaine, le "premier flic de France" est montré du doigt par la gauche qui se déchaîne : "La tâche du ministre de l’Intérieur n’est pas de protéger les policiers, mais de protéger les citoyens, et il y a une confusion dans l’esprit de Darmanin", commente l’ex-candidat à la présidentielle, Benoît Hamon.

En coulisses, la majorité s'étouffe

Dernier épisode : Gérald Darmanin crée la polémique en suggérant une commission chargée de réécrire l’article 24 encadrant la diffusion d’images de police, contre les prérogatives du Parlement. En coulisses, la majorité s’étouffe : "C’est lui qui a ouvert les vannes avec son soutien inconditionnel aux syndicats de flics", déclare un responsable de la majorité. Jeudi 26 novembre, Emmanuel Macron a convoqué Gérald Darmanin et lui a demandé d’apaiser la situation. Tout en renouvelant son soutien au "premier flic de France".

Le JT
Les autres sujets du JT
Le ministre de l\'Intérieur Gérald Darmanin quitte le palais de l\'Elysée, à Paris, le 25 novembre 2020. 
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin quitte le palais de l'Elysée, à Paris, le 25 novembre 2020.  (ARTHUR NICHOLAS ORCHARD / HANS LUCAS / AFP)