Le parquet de Marseille ouvre une nouvelle enquête pour des soupçons de violences policières

Cette enquête a été ouverte après qu'un jeune homme a déposé une plainte, selon le parquet.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Une voiture de police dans une rue de Marseille (Bouches-du-Rhône), le 30 juin 2023. (STEPHANE FERRER / HANS LUCAS / AFP)

Le parquet de Marseille a ouvert une nouvelle enquête concernant des soupçons de violences policières lors des nuits de heurts qui ont suivi la mort de Nahel, un adolescent de 17 ans, lors d'un contrôle routier à Nanterre. Cette enquête a été ouverte des chefs de "violences volontaires en réunion ayant entraîné une mutilation ou infirmité permanente par personne dépositaire de l'autorité publique et avec arme", à la suite de la plainte d'un jeune homme, a fait savoir le parquet, lundi 24 juillet, confirmant une information du quotidien régional La Provence.

Le parquet n'a pas détaillé le nombre de fonctionnaires de police concernés, précisant juste que les faits qui leur sont reprochés se sont déroulés dans la nuit du 30 juin au 1er juillet, dans la cité phocéenne.

Quatre policiers marseillais déjà mis en examen

L'annonce de cette nouvelle enquête du parquet de Marseille intervient alors que quatre policiers de la BAC marseillaise ont été mis en examen la semaine dernière et l'un d'eux placé en détention provisoire. Ils sont soupçonnés d'avoir roué de coups un jeune homme en marge des violences survenues début juillet.

Ce placement en détention provisoire a suscité la colère des policiers, soutenus par le directeur général de la police nationale, Frédéric Veaux. Les syndicats de magistrats, eux, ont jugé "gravissimes" les déclarations du haut fonctionnaire, qui avait souhaité la libération de ce policier de la BAC de Marseille.

Depuis la Nouvelle-Calédonie, Emmanuel Macron a dit comprendre "l'émotion" des policiers, tout en précisant que "nul en République n'est au-dessus de la loi".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.