Préfecture de police de Paris : la piste terroriste privilégiée

Le parquet national antiterroriste s'est saisi de l'enquête, après l'attaque qui a fait cinq morts à la préfecture de police de Paris, requalifiée "d'assassinat en lien avec une entreprise terroriste".

Né en Martinique, Mickael H. était âgé de 45 ans. Après avoir tué quatre de ses collègues, l'assaillant de la préfecture de police de Paris a été abattu par un jeune policier, là depuis à peine une semaine. Le parquet national antiterroriste s'est saisi de l'affaire. Dans le téléphone du tueur, les policiers ont retrouvé un certain nombre d'informations et de contacts de salafistes. Depuis sa conversion à l'islam, il fréquentait une mosquée de Gonesse (Val d'Oise), mais aucun lien avec sa radicalisation.

La famille incrédule

Sa sœur, qui vit en Martinique, se dit très surprise : "Il est revenu pour deux mois de vacances, on a passé deux mois à rigoler. Il était déjà converti dans sa religion, donc je ne sais pas d'où lui est venue cette idée." Une conversion qui est passée à travers les radars, dans un service qui recueillait des informations sur la radicalisation djihadiste. Il avait aussi une habilitation secret-défense. À la police, la femme de l'assaillant a révélé qu'il avait tenu des propos incohérents.

Le JT
Les autres sujets du JT