Cet article date de plus de trois ans.

Incendies au Portugal : 141 000 hectares partis en fumée depuis le début de l'année

Entre début janvier et la mi-août, les pompiers portugais ont dû venir à bout d'un peu plus de 10 000 incendies ou départs de feu, contre 7 500 à la même période de l'année dernière.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des pompiers luttent contre un feu de forêt à Vale de Abelha, au Portugal, le 16 août 2017. (PATRICIA DE MELO MOREIRA / AFP)

Les feux de forêt et de broussailles au Portugal ont ravagé 141 000 hectares de végétation depuis le début de l'année, soit trois fois plus que la moyenne observée au cours de la dernière décennie, selon une estimation provisoire donnée mercredi 16 août par la protection civile. De son côté, la police judiciaire a annoncé avoir interpellé 61 incendiaires présumés depuis le début de l'année.

Le Portugal connaît cette année les conditions météo les plus difficiles depuis 2005 en termes de sécheresse, de chaleur et d'intensité du vent, a précisé le commandant de l'Autorité nationale de protection civile (ANPC), Rui Esteves, en se basant sur des données de l'Institut de la conservation de la nature et des forêts (ICNF) ainsi que de l'Institut météorologique (IPMA). Entre début janvier et mi-août, les pompiers ont dû venir à bout d'un peu plus de 10 000 incendies ou départs de feu, contre 7 500 à la même période de l'année dernière.

Trois incendies majeurs font encore rage

En 2003, la surface ravagée par les flammes avait atteint un record historique de près de 426 000 hectares. Mais l'année en cours reste marquée par l'incendie le plus meurtrier de l'histoire du Portugal. Il a fait, mi-juin, 64 morts et plus de 250 blessés près de Pedrogao Grande, dans le centre du pays.

Le Portugal a depuis été frappé par de nouvelles séries de feux de forêt. La dernière en date a fait 76 blessés, dont six grièvement, depuis mercredi 9 août. Trois incendies majeurs font encore rage dans le centre du pays, le 16 août. Plus de 1 000 pompiers, quelque 300 véhicules et près d'une vingtaine d'avions ou d'hélicoptères sont mobilisés pour lutter contre les flammes. En raison de prévisions météo marquées par une nouvelle hausse de la température, les services de secours ont décidé de prolonger le niveau d'alerte orange, quatrième échelon de gravité sur cinq, au moins jusqu'à vendredi 18 août en début de soirée.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.