VRAI OU FAKE Incendie de l'usine Lubrizol : les autorités ont-elles empêché un pompier d'accéder à ses résultats d'analyses ?

Dans le cadre d'analyses prescrites par un médecin du travail, les résultats ne sont normalement pas communiqués, dans un premier temps, au patient concerné.

Un pompier de Seine-Maritime, dans l\'usine de Lubrizol à Rouen, le 27 septembre 2019. 
Un pompier de Seine-Maritime, dans l'usine de Lubrizol à Rouen, le 27 septembre 2019.  (LOU BENOIST / AFP)

Près d'une semaine après l'incendie de l'usine Lubrizol à Rouen (Seine-Maritime), les polémiques enflent. L'une des dernières en date concerne un pompier auquel on aurait refusé l'accès à ses résultats d'analyses. Le témoignage de ce soldat du feu, qui a préféré garder l'anonymat, est relaté dans un article de Libération, mardi 1er octobre. Pompier professionnel à Rouen, Fabien [le prénom d'emprunt que Libération lui a donné] a passé de nombreuses heures sur le site de l'entreprise depuis le début de l'incendie. Mais selon lui, "les autorités veulent cacher la vérité".

>> Suivez les dernières informations sur les suites de l'incendie de l'usine Lubrizol de Rouen dans notre direct

En cause : l'ordonnance qui lui a été envoyée et qui indique "Biologie sanguine à réaliser à réception du courrier, ce lundi 30 septembre. Merci de bien vouloir adresser les conclusions médicales sous pli confidentiel au Service départemental d’incendie et de secours (Sdis) de la Seine-Maritime." C'est cette question de la confidentialité dans la transmission des résultats d'analyses qui a suscité l'interrogation de plusieurs internautes, dont @Yasmina, dans notre live.

Une procédure classique

Contacté par franceinfo, le Sdis de la Seine-Maritime explique qu'il s'agit de "la procédure classique". Dès lors qu'un examen est prescrit dans le cadre de la médecine du travail, seul le médecin du travail prescripteur reçoit les résultats des analyses par le laboratoire qui les a effectuées. Ce dernier est ensuite en charge de les transmettre à l'agent concerné.

Cet aspect est notamment réglementé par l'arrêté du 26 novembre 1999 relatif à la bonne exécution des analyses de biologie médicale qui prévoit que "le compte rendu d'analyses prescrites par le médecin du travail dans le cadre de sa mission (avis d'aptitude notamment) lui est directement communiqué par le laboratoire qui les a effectuées. Le médecin du travail informe le salarié des résultats." Un point que confirme également à franceinfo le ministère du Travail.  

Concernant la réaction de Fabien, un syndicat de pompiers confie à franceinfo que "la situation de crise actuelle" et "la communication tardive et parcellaire sur le sujet" a pu alimenter une "psychose", déjà très présente depuis la catastrophe.