Mort de Steve Maia Caniço : un an après, où en est l'enquête ?

Un rassemblement en hommage à Steve Maia Caniço a lieu dimanche à Nantes, un an après sa mort. Son corps avait été retrouvé dans la Loire un mois après sa disparition lors de la soirée de la Fête de la musique. Au cœur de l'enquête : l'intervention controversée de la police.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Un hommage à Steve Maia Caniço à Nantes le 12 septembre 2019. (SEBASTIEN SALOM-GOMIS / AFP)

Un an après la mort de Steve Maia Caniço lors de la soirée de la Fête de la musique à Nantes (Loire-Atlantique), ses proches appellent à une marche blanche qui partira de la préfecture, dimanche 21 juin. Le jeune homme de 24 ans a disparu dans la nuit du 21 au 22 juin 2019. Son corps sera retrouvé un mois plus tard, dans la Loire. Cette nuit-là, la police était intervenue pour déloger un groupe de fêtards qui continuait à écouter de la musique à proximité des quais de la Loire. Une intervention controversée.

Les analyses du téléphone bientôt révélées

Aujourd'hui, l'enquête avance. Des retours d'expertises sont attendus dans les prochains jours. Il s'agit d'expertises menées sur le téléphone portable de Steve Maia Caniço. Elles sont importantes : ces analyses doivent permettre de dire où se trouvait précisément le jeune homme au moment de l'intervention policière. Ce que l'on sait déjà, c'est que son portable a borné une dernière fois pendant l'opération de police, à 4h33 du matin. Ensuite, plus rien.

Depuis le début, sa famille est convaincue qu'il est tombé dans l'eau à cause de l'intervention des policiers. Une intervention controversée qui avait pour but de faire cesser la musique. Les fonctionnaires affirment avoir reçu des projectiles. Ils ont répliqué notamment avec des tirs de gaz lacrymogène. Au moins sept personnes sont tombées dans la Loire pendant cette opération.

Un témoin clé dans l'affaire

Un témoignage accrédite la thèse d'une chute de Steve Maia Caniço. C'est celui d'un jeune d'une vingtaine d'années, qui assure être tombé dans le fleuve en raison des tirs de gaz lacrymogène. Surtout, il explique avoir tenté, sans succès, de secourir un homme qui se débattait dans l'eau, près de lui. Un homme qu'il n'a pas réussi à identifier. Ce qui est troublant, c'est que Steve Maia Caniço ne savait pas nager. Ce témoignage pourrait être consolidé par l'expertise approfondie du téléphone du jeune homme, avec les données de géolocalisation.

En attendant, un an après, ses proches disent avoir confiance en la justice. "Tout ce qu'on espère, c'est qu'effectivement, il puisse y avoir un dynamisme dans la poursuite de l'instruction de façon à ce que les responsabilités puissent être envisagées à moyen terme, souligne l'avocate de la famille, maître Cécile de Oliveira, et qu'évidemment il y ait un jugement des personnes qui sont en lien direct avec la mort de Steve Maia Caniço."

On n'est pas dans une situation où la famille est révoltée par le temps de l'instruction.

Maître Cécile de Oliveira, avocate de la famille de Steve Maia Caniço

à franceinfo

Pour le moment, aucune mise en examen n'a été prononcée. L'inspection générale de l'administration a pointé dans un rapport le manque de discernement du commissaire qui a piloté l'opération de police cette nuit-là. Dans l'attente des conclusions de l'enquête judiciaire, ce policier n'a pas été sanctionné, mais il a été muté dans une autre région.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.