Procès de Nordahl Lelandais : la famille de la petite Maëlys face au meurtrier présumé

Publié Mis à jour
Procès de Nordahl Lelandais : la famille de la petite Maëlys face au meurtrier présumé
FRANCE 2
Article rédigé par
E. Prigent, D. Sébastien, B. Parayre, J-C. Martin, E. De Pourquery - France 2
France Télévisions

Le procès du meurtre de Maëlys s'est ouvert lundi 31 janvier à Grenoble (Isère). Nordahl Lelandais a de nouveau reconnu avoir donné la mort à la fillette de 8 ans, et s'est dit prêt à s'expliquer sur les faits, car des zones d'ombre subsistent. 

La famille de Maëlys, ses parents et sa sœur, sont arrivés au tribunal pour ce premier jour de procès, lundi 31 janvier, à Grenoble (Isère). Ils tenaient dans leurs mains le portrait de la fillette de 8 ans. Sur leur visage se dessinait l'appréhension, mais aussi l'impatience de se retrouver enfin face au meurtrier présumé, Nordahl Lelandais. Le père de Maëlys, Joachim de Araujo, a ainsi confié espérer "qu'on se sente rassurés, qu'il soit en prison", avant d'ajouter qu'il n'était pas sûr de pouvoir obtenir des explications du suspect.

"J'ai bien donné la mort à Maëlys"

Nordahl Lelandais a réservé ses premières déclarations d'audience à la famille de Maëlys. Dans le box, l'accusé s'est exprimé d'une voix posée. "Je présente mes excuses. J'ai bien donné la mort à Maëlys. Je ne voulais pas. Je m'expliquerai sur les faits au cours de l'audience", a-t-il déclaré. Des propos qui n'ont ni convaincu, ni ému les parties civiles. En mai dernier, l'ex-militaire avait déjà prononcé ces mots lors d'un autre procès, celui de la mort du caporal Arthur Noyer, à Chambéry (Savoie). Un crime pour lequel il a été condamné à 20 ans de réclusion. Aujourd'hui, beaucoup de zones d'ombre demeurent. Parmi elles, le maître-chien, poursuivi aussi pour agression sexuelle sur deux petites cousines, a-t-il abusé de Maëlys avant de la tuer ? 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.