Cet article date de plus de trois ans.

"Nordahl Lelandais peut encore parler, avant que la justice et la science ne parlent pour lui", estime l'avocat des parents d'Arthur Noyer

Un an après la disparition de Maëlys, les circonstances de la mort de la petite fille restent floues, comme celles d'Arthur Noyer. L'avocat de la famille du caporal attend beaucoup du prochain interrogatoire. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Les gendarmes viennent de retrouver le corps de Maëlys, le 14 février 2018.  (PHILIPPE DESMAZES / AFP)

"Ces familles, tous les jours, s'imaginent un scénario de la mort de leur proche", a expliqué sur franceinfo lundi 27 août maître Bernard Boulloud, avocat de la famille d'Arthur Noyer et des familles de plusieurs autres personnes disparues. Une marche blanche en mémoire de Maëlys est organisée au départ de Pont-de-Beauvoisin (Isère), un an après sa disparition.

Nordahl Lelandais, mis en examen pour le meurtre de la petite-fille, est également mis en examen pour celui du caporal Arthur Noyer. L'avocat espère que Nordahl Lelandais va s'expliquer sur les circonstances du meurtre d'Arthur Noyer. "J'espère que M. Lelandais, du fond de sa cellule, avec le temps qui a passé, éprouve de la pitié pour les familles."

franceinfo : Est-ce que vous avez plus d'informations sur l'enquête concernant la mort d'Arthur Noyer depuis que Nordahl Lelandais a été mis en cause dans ce dossier ?

Bernard Boulloud : Oui, j'ai des informations depuis que l'on a restitué le corps d'Arthur à sa famille. Ces informations restent couvertes par le secret professionnel et le secret de l'instruction. (...) Elles vont permettre, lors d'un prochain interrogatoire, que j'espère rapide, de mieux comprendre comment Arthur est décédé. Elles pourront aussi éventuellement permettre de confondre les déclarations qu'a pu faire [Nordahl Lelandais], la personne mise en examen le 29 mars dernier. Ça va nous aider à y voir un peu clair sur la manière dont Arthur est décédé.

Espérez-vous que Nordahl Lelandais se montre coopératif lors de cet interrogatoire ?

Je pars du principe que dans tout homme, même le plus mauvais, il y a toujours quelque chose de bon. J'espère que M. Lelandais, du fond de sa cellule, avec le temps qui a passé, éprouve de la pitié pour les familles de Maëlys et d'Arthur Noyer. Si tel est le cas, je pense qu'il peut parler et qu'il peut encore nous dire comment ça s'est passé pour éviter à la justice d'entreprendre des investigations scientifiques longues et coûteuses. Ce serait d'ailleurs dans son intérêt, avant que la science et la justice ne parlent pour lui. J'espère qu'il le fera dans les jours et les semaines à venir puisque les familles souffrent énormément de ne pas savoir comment sont décédés leur proche. C'est quelque chose d'inimaginable. Ces familles, tous les jours, s'imaginent un scénario de la mort de leur proche. Si M. Lelandais peut comprendre que cela devrait se terminer rapidement pour permettre aux familles de commencer à faire leur deuil, même si on ne fait jamais le deuil d'un enfant, (...) je pense qu'il devrait le faire.

Vous êtes également l'avocat des familles de plusieurs personnes disparues. Est-ce que ces autres enquêtes ont également avancé à la lumière de "l'affaire Nordahl Lelandais" ?

Il y aura un avant et un après Lelandais. L'affaire Lelandais nous a permis de rouvrir certaines affaires qui dataient de plus de sept ans pour certaines, les deux affaires drômoises [la disparition de Nelly Balmain et Eric Foray, en 2011 et 2016], et l'affaire Malik Boutvillain à Grenoble qui date de plus de six ans aussi. J'espère que l'on va trouver quelque chose, qu'on va réveiller les mémoires mais ça va être difficile, surtout quand on a un handicap de six ou sept ans à rattraper. Cependant, les juges d'instruction et les enquêteurs qui sont sur ces affaires travaillent vraiment d'arrache-pied. Je pense qu'on va arriver à quelque chose mais ça sera difficile.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Nordahl Lelandais

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.