Crash de la Germanwings : la seconde boîte noire de l'A 320 retrouvée

C'est le procureur de Marseille qui l'a annoncé ce jeudi. La seconde boîte noire de l'A320 qui s'est écrasé près de Digne a été retrouvée. Elle doit contenir les enregistrements du vol : altitude, vitesse, trajectoire.

(La première boîte noire avait été retrouvée le jour même du crash © Maxppp)

Depuis le début des recherches sur les lieux du crash, elle est présentée comme la "priorité des enquêteurs". La seconde boîte noire de l'A320 qui s'est écrasé le 24 mars dernier à Seyne-les-Alpes a été retrouvée par les gendarmes du PGHM de Grenoble. L'enveloppe de cette seconde boîte noire avait été retrouvée le 25 mars dernier laissant à penser que sous la violence du  choc de l'appareil à plus de 700 km/h, elle s'était complètement désintégrée. "Son état général laisse raisonnablement espérer une possibilité d'exploitation" a précisé Brice Robin, le procureur de Marseille. 

Visiblement, cette seconde boîte noire a été retrouvée dans une ravine plusieurs fois explorée, enfouie sous le sol et abîmée par le feu.  Ce que l'on sait c'est qu'elle contient le FDR (pour Flight Data Recorder) qui enregistre toutes les données du vol ( vitesse, altitude, trajectoire), si elle est exploitable, devrait éclairer les enquêteurs sur les circonstances du drame.

150 ADN isolés par les enquêteurs 

 La première boîte noire,elle, est déjà entre les mains des enquêteurs du Bureau Enquête Accident (BEA) depuis le jour du crash. Et elle a livré beaucoup d'informations sur le scénario du crash. On sait notamment grace aux discussions enregistrées dans le cockpit que c'est le co-pilote qui a précipité la chute de l'appareil et entrainé la mort des 150 passagers et membres d'équipage. Andreas Lubitz a attendu que le commandant de bord quitte le cockpit pour s'enfermer à l'intérieur et enclenché la descente de l'A320. 

Sur le lieu du crash, les recherches de débris continuent ce jeudi. Les corps des victimes, souvent décharnés, ont eux tous été récupérés par les gendarmes et médecins légistes mobilisés dans des conditions très difficiles. Dimanche dernier, 78 ADN distincts avaient été isolés. Ce jeudi, le procureur de Marseille, Brice Robin a indiqué que "cent cinquante profils ADN avaient été isolés" sur le site du crash. Reste maintenant à effectuer des comparaisons post-mortem avec les ADN ante-mortem" pour retrouver l'identité des 150 victimes du crash de l'A320 de la compagnie allemande Germanwings.