Attentat déjoué à Toulon : les militaires ciblés à plusieurs reprises ces dernières années

Le 29 octobre, un homme projetant un attentat contre les militaires de la marine nationale à Toulon a été arrêté, selon le ministère de l'Intérieur.

Un policier escorte, le 29 mai 2015, Alexandre Dhaussy, soupçonné d\'avoir attaqué au couteau un militaire à la Défense.
Un policier escorte, le 29 mai 2015, Alexandre Dhaussy, soupçonné d'avoir attaqué au couteau un militaire à la Défense. (ERIC FEFERBERG / AFP)

Un attentat contre la base militaire de Toulon (Var) a été évité, selon la place Beauvau. Le 29 octobre, la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) a en effet arrêté un suspect de 25 ans qui projetait une attaque contre des militaires toulonnais de la marine nationale. L'information, donnée par Canal+, a été confirmée mardi 10 novembre par le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve. Ces dernières années, les militaires ont été la cible de plusieurs attaques ou tentatives d'attentat, et trois en sont morts.

Mars 2012 : Mohamed Merah assassine trois soldats

La dérive sanguinaire de Mohamed Merah commence avec le meurtre de trois militaires. Le 11 mars 2012, le terroriste tue Imad Ibn Ziaten, un sous-officier parachutiste, lors d'un guet-apens tendu sur un parking toulousain. Quatre jours plus tard, à Montauban, Mohamed Merah abat deux militaires qui se trouvaient devant un distributeur de billets, et en blesse grièvement un autre aux cris d'"Allah Akbar".

Le 19 mars, il fait irruption devant l'école juive Ozar Hatorah à Toulouse, et assassine trois enfants et un adulte. La campagne présidentielle, qui bat son plein, est interrompue. Finalement identifié, Mohamed Merah se retranche chez lui où il est tué à son tour, le 22 mars 2012, lors d'une opération menée par les hommes du Raid. La trajectoire de Merah, repéré depuis longtemps par les services de renseignement, reste comme emblématique d'un fiasco des services secrets, selon cette enquête de "Pièces à conviction".


"Pièces à conviction" : l'incroyable échec des services secrets

Mai 2013 : Alexandre Dhaussy attaque un militaire à la Défense

Le samedi 25 mai 2013, en fin d'après-midi, un militaire du quatrième régiment de chasseurs de Gap, en mission Vigipirate dans le quartier de la Défense, est attaqué à la gorge à l'arme blanche. Juste avant de passer à l'acte, l'agresseur a acheté deux couteaux dans un hypermarché du centre commercial Les Quatre Temps. Le visionnage des images de vidéosurveillance du centre commercial et de la RATP permettra de constater que "l'auteur des faits, à 17h46, fait une prière musulmane".

Arrêté le 29 mai au matin dans les Yvelines, Alexandre Dhaussy, 22 ans, reconnaît les faits. Le 5 novembre 2015, après deux ans et demi d'incarcération, il est déclaré pénalement irresponsable et hospitalisé d'office en unité psychiatrique. France 2 retrace ici le parcours erratique de ce jeune converti à l'islam, sans casier judiciaire et en recherche d'emploi.


Qui est Alexandre, l'agresseur présumé d'un militaire à La Défense ?

Février 2015: trois militaires agressés à Nice

Trois semaines après les attentats contre Charlie Hebdo et le magasin Hyper Cacher, trois militaires en faction devant un centre communautaire juif sont attaqués au couteau à Nice, le 3 février.

L'assaillant, Moussa Coulibaly, 30 ans, demeurant à Mantes-la-Jolie (Yvelines) et sans lien familial avec Amedy Coulibaly, le meurtrier de Montrouge et de la porte de Vincennes, est aussitôt arrêté. Il exprime en garde à vue sa haine de la France, de la police, des militaires et des juifs. Sur le plateau de France 2, la journaliste Audrey Goutard livre quelques éléments sur sa personnalité.


VIDEO. Nice : l'enquête se poursuit avec l'audition de Moussa Coulibaly et de ses proches

Juillet 2015 : quatre suspects arrêtés pour avoir projeté un attentat contre une base militaire

France 2 révèle le 15 juillet que quatre personnes proches des milieux islamistes et soupçonnées de planifier une action terroriste ont été interpellées. Les arrestations ont eu lieu dans les Bouches-du-Rhône, le Rhône et les Yvelines.

Agés de 16 à 23 ans, les quatre individus arrêtés projetaient des actions "contre des installations militaires", selon Bernard Cazeneuve. Le "principal instigateur" avait été signalé pour son activisme sur les réseaux sociaux et ses "velléités de départ en Syrie", ajoute le ministre de l'Intérieur. Cette surveillance permet d’identifier les trois autres suspects avec qui il était en relation, indique Le Monde. Selon une source policière citée par le quotidien, le projet d'attentat consistait à filmer, en janvier prochain, la décapitation d'un gradé d'une base militaire. "Un des quatre suspects est lui-même un ancien militaire, réformé en 2013", précise Bernard Cazeneuve.

Octobre 2015 : une attaque contre la base de Toulon déjouée

Mardi 10 novembre, Bernard Cazeneuve annonce que les autorités ont déjoué un projet d'attentat visant des militaires de la marine nationale à Toulon et arrêté un suspect de 25 ans. L'homme était surveillé depuis un an, selon le ministre de l'Intérieur, qui détaille cette arrestation sur France 2.

FRANCE 2

L'homme a été arrêté pour avoir reçu deux colis suspects contenant un poignard et deux cagoules. Il s'était également signalé, selon Le Monde, par son activité intense sur Facebook, où il postait "des messages virulents de soutien aux combattants de l’Etat islamique et échangeait avec un jihadiste français, lui aussi originaire de Toulon."