Disparition d'Estelle Mouzin : de nouvelles fouilles ont lieu dans les Ardennes

Les enquêteurs ont repris les fouilles dans un marais à Issancourt-et-Rumel. Le lieu avait été désigné par l’ex-femme de Michel Fourniret, Monique Olivier, lors des précédentes fouilles.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Photo d'Estelle Mouzin, issue de l'avis de recherche lors de sa disparition en 2003, distribuée par la police. (AFP / POLICE)

De nouvelles fouilles ont lieu depuis lundi 29 mars dans les Ardennes pour tenter de retrouver le corps d'Estelle Mouzin, a appris franceinfo de source proche du dossier.

Selon les informations de franceinfo, les enquêteurs fouillent un marais à Issancourt-et-Rumel, situé à une dizaine de kilomètres à l'est de Charleville-Mézières, et collé à la commune de Ville-sur-Lumes, village dans lequel se trouve la maison où le tueur en série Michel Fourniret a avoué avoir séquestré Estelle. Estelle Mouzin, alors âgée de 9 ans, a disparu le 9 janvier 2003 sur le chemin du retour de l'école de Guermantes (Seine-et-Marne).

Selon les informations de franceinfo, le marais du Paradis avait été désigné par l’ex-femme de Michel Fourniret, Monique Olivier, lors des précédentes fouilles. Elle sera présente mercredi 31 mars pour la suite de la fouille.

Des recherches en décembre n'avaient rien donné

Au début du mois de décembre 2020 déjà, des fouilles avaient eu lieu autour du château du Sautou, dans les Ardennes, pour tenter de retrouver le corps d'Estelle Mouzin, sur la base d'informations fournies aux enquêteurs par Michel Fourniret lui-même. L'ogre des Ardennes n'était pas présent lors de ces fouilles car il était hospitalisé pour des problèmes cardiaques. Ces fouilles organisées du 7 au 10 décembre n'avaient pas permis de retrouver d'éléments utiles à l'enquête.

Le 21 août dernier, des traces d'ADN de la fillette avaient été retrouvées sur un matelas saisi dans la maison de Ville-sur-Lumes. Michel Fourniret a avoué avoir enlevé et tué Estelle Mouzin et est mis en examen dans cette affaire pour "enlèvement et séquestration suivis de mort".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.