Résultats des élections régionales en Occitanie : la socialiste Carole Delga arrive en tête avec 57,77% des voix

La victoire de Carole Delga, ancienne secrétaire d'Etat au Commerce, permet à la gauche de conserver ce fief historique.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
La présidente sortante de la région Occitanie, Carole Delga, au soir du premier tour, à Toulouse, le 20 juin 2021.  (MATTHIEU RONDEL / HANS LUCAS / AFP)

Sa victoire est tout sauf une surprise. La socialiste Carole Delga conserve la région Occitanie, qu'elle préside depuis cinq ans. Arrivée largement en tête au premier tour, elle confirme son avance, lors de ce second tour des élections régionales, dimanche 27 juin, en obtenant 57,77% des voix. La réélection de Carole Delga est un coup dur pour le Rassemblement national qui misait sur cette région, dans des proportions certes moins importantes qu'en Provence-Alpes-Côte d'Azur, comme le montre notre carte des résultats région par région.

>> Résultats des élections régionales : au lendemain du second tour, retrouvez dans notre direct tous les résultats et toutes les analyses

Les résultats du second tour

Avec 57,77% des suffrages, Carole Delga se positionne loin devant son adversaire du RN. Le député européen Jean-Paul Garraud recueille 24,00% des voix, devant le candidat LR Aurélien Pradié, qui termine troisième avec 18,22% des suffrages. 

Carole Delga fait mieux qu'en 2015 où elle avait recueilli 44,81% des voix, devant le frontiste Louis Aliot (33,87%), désormais maire de Perpignan, et le politologue soutenu par LR Dominique Reynié (21,32%). 

Que s'est-il passé au premier tour ?

Au premier tour, Carole Delga avait obtenu 39,57% des suffrages exprimés dans un contexte de forte abstention. La liste du Rassemblement national menée par Jean-Paul Garraud était arrivée en deuxième position avec 22,61%, devant celle menée par Aurélien Pradié (12,19% des suffrages).

L'entre-deux-tours n'a finalement pas été propice aux alliances. Carole Delga n'a pas réussi à s'entendre avec l'écologiste Antoine Maurice (EELV/Génération.s), candidat malheureux à la mairie de Toulouse en 2020. Lors du premier tour, le 20 juin, il est arrivé en cinquième position avec 8,3% des voix, sous le seuil fatidique des 10% requis pour participer au second tour.

Arrivée quatrième avec 8,78%, Vincent Terrail-Novès, le candidat LREM, n'a, lui, pas donné de consigne de vote pour le second tour. Aurélien Pradié a néanmoins pu compter sur le soutien de Jean-Luc Moudenc, maire LR de Toulouse, soutenu par LREM aux dernières municipales. 

Les réactions des candidats

Carole Delga s'est exprimée en direct de la place du Capitole, au centre de Toulouse. Qualifiant sa victoire de "grand bonheur" et de "grande reconnaissance du peuple d'Occitanie", la présidente sortante a salué son bilan : "On a beaucoup travaillé depuis six ans", et son combat contre l'extrême droite. "On a fait reculer l'extrême droite", a-t-elle assuré, poursuivant : "La ténacité, elle paye".

Le score de la candidate socialiste a été largement salué par ses pairs : Olivier Faure, premier sécrétaire du PS, a salué dans un tweet la victoire de Carole Delga : "L'espoir se réveille !", écrit-il. De même, Najat Vallaud-Belkacem a tenu à "saluer le très bon score de Carole Delga" sur le plateau de France 2. Le maire socialiste de Montpellier, Michaël Delafosse, a félicité la candidate pour sa "clarté" et son "sérieux". "Quand on parle à l'intelligence des gens, l'intelligence répond", assure-t-il sur Twitter. 

Vincent Terrail-Novès, maire de Balma et candidat LREM au premier tour, a adressé dans la foulée ses "sincères et républicaines félicitations" à la présidente sortante, relevant l'échec du Rassemblement national et des Républicains. "Je félicite Carole Delga parce que je suis républicain, mais il est inutile de fanfaronner avec le niveau d'abstention colossal", a réagi Aurélien Pradié, arrivé en troisième position au micro de Via Occitanie. Le chef de liste LR a assuré qu'il mènerait une "opposition solide" au sein du conseil régional "et non pas caricaturale comme l'a été le RN". 

Jean-Paul Garraud, grand perdant de ce second tour, a dénoncé au micro de France Bleu "de gros problèmes avec ce scrutin", en évoquant les problèmes d'acheminement de la propagande électorale et "l'abstention fautive". Le député européen relativise son écart avec la présidente sortante : "Il y a plus de 65% d'abstention, donc il faut donc bien relativiser. Je sais bien que madame Delga marche sur l'eau actuellement, mais ce n'est qu'une flaque", a-t-il lancé.

Et maintenant ? 

Le conseil régional va se réunir le 2 juillet pour élire officiellement Carole Delga. Contrairement à d'autres présidents de région, la socialiste n'a pas exprimé d'ambitions nationales et devrait donc se consacrer entièrement à sa région. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Elections régionales 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.