REPLAY. Résultats des élections régionales : Jean Castex affirme prendre l'abstention "tout à fait au sérieux"

Le Premier ministre, Jean Castex, est revenu sur la faible participation lors des élections régionales et départementales.

Ce qu'il faut savoir

Il prend la situation "tout à fait au sérieux". Au lendemain du second tour des élections régionales et départementales, le Premier ministre, Jean Castex, est revenu sur la très forte abstention observée lors de ce scrutin. "Nous sommes parfaitement mobilisés pour que la démocratie française fonctionne au mieux", a-t-il assuré. Ce direct est désormais terminé.

La droite en force. Les candidats de droite Renaud Muselier (Paca), Xavier Bertrand (Hauts-de-France) et Laurent Wauquiez (Auvergne-Rhône-Alpes), notamment, sont confortablement arrivés en tête au second tour des élections régionales.

Les candidats de gauche conservent cinq régions. La tête de liste de gauche Carole Delga a recueilli 57,8% des voix en Occitanie. Marie-Guite Dufay est première en Bourgogne-Franche-Comté (42,5%), tout comme Alain Rousset en Nouvelle-Aquitaine (39,3%), François Bonneau dans le Centre-Val de Loire (38,5%) et Loïg Chesnais-Girard en Bretagne (29,8%).

Le RN battu en Paca. Le président sortant Renaud Muselier (LR) a remporté son duel (57,7%) face au candidat du RN Thierry Mariani (42,3%). La région Paca constituait l'une des plus grandes opportunités pour le parti présidé par Marine Le Pen, mais le RN ne remporte finalement aucune région. 

 Un taux d'abstention encore très haut. Les urnes ont été boudées, de nouveau. Le taux d'abstention au second tour des élections régionales atteint 65,7%, selon notre estimation Ipsos/Sopra Steria, dimanche 27 juin. Le niveau est donc sensiblement le même qu'au premier tour (66,72%).

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #REGIONALES

19h52 : Tous les présidents de région sortants ont vu leur liste l'emporter hier soir. Une prime au sortant sur laquelle s'interroge notre journaliste Anne Brigaudeau. "C'est le bénéfice de notoriété", résume Arnaud Mercier, professeur en communication politique à l'université Paris 2 Panthéon-Assas.

Le président du conseil régional de Provence-Alpes-Côte d Azur, Renaud Muselier, fête la victoire de sa liste auprès de ses militants à Marseille, au soir du second tour des régionales, le 27 juin 2021. (CAMILLE DODET / HANS LUCAS / AFP)

(CAMILLE DODET / HANS LUCAS / AFP)

18h58 : C'est la douche froide pour le Rassemblement national. Après les résultats d'hier, le parti perd un tiers de ses élus locaux, comme le montre le décompte réalisé par notre journaliste Mathieu Lehot.

Marine Le Pen et Laurent Jacobelli, candidat aux élections régionales dans le Grand Est, le 8 juin 2021 au château de Lunéville (Meurthe-et-Moselle). (JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)

(JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)

18h35 : Dans la même interview, le président refuse de tirer toute conséquence nationale d'un scrutin où il ne s'est pas engagé personnellement : "L’abstention n’est pas une fatalité. La seule élection dans laquelle je me suis engagé depuis que je suis président, c’est l’élection européenne. Or jamais on n’a autant voté pour ce scrutin. Le combat était clair, les gens comprenaient pourquoi on se battait."

18h34 : "Je ne vais pas changer de Premier ministre. Les élections locales n’appellent pas de conséquences nationales, et donc pas de changement de Premier ministre dans les prochains mois, ou semaines."

Emmanuel Macron fait cette annonce dans une interview à Elle, en marge du sommet du forum sous l'égide d'ONU-Femmes.

16h39 : Le parquet de Dijon a ouvert une enquête après la découverte dans une forêt de Chevigny-Saint-Sauveur (Côte-d'Or) de trois caisses contenant des professions de foi des candidats à l'élection régionale en Bourgogne-Franche-Comté. Ces documents étaient destinés à la distribution par la société Adrexo. Deux salariés de l'entreprise doivent être entendus.

16h22 : "[L'évolution de l'abstention aux régionales entre 2015 et 2021] est à peu près le même que [celle] que nous avons constatée pour les municipales de 2020 par rapport à celles de 2014. (...) Alors même que les dernières élections qui s'étaient tenues avant la survenue de la crise, c'est-à-dire les européennes de 2019, qui étaient traditionnellement marquées par un fort taux d'abstention, se sont concrétisées en France par une diminution de l'abstention."

16h20 : "Nous sommes encore dans cette crise [sanitaire]. Ce taux d'abstention avait déjà été très fort lors des municipales de 2020."

16h19 : Au lendemain d'élections régionales et départementales marquées par une abstention massive, Jean Castex a affirmé qu'il prenait la situation "tout à fait au sérieux". "Nous sommes parfaitement mobilisés pour que la démocratie française fonctionne au mieux", a assuré le Premier ministre, avant de relativiser la très faible participation au scrutin.

14h24 : Jeudi et vendredi, les présidents des régions et des départements seront élus en séance plénière. C'est cette étape que l'on appelle le "troisième tour" de l'élection. Nous faisons le point sur cette dernière échéance.

14h02 : Il est 14 heures, voici un nouveau point sur l'actualité :

Statu quo en France hexagonale. Les élections ont été marquées par les victoires des présidentes et présidents sortants et une abstention record (65,7%). La droite et le centre conservent leurs sept fiefs. La gauche détient toujours cinq régions. On vous résume ce qu'il faut retenir de la soirée.

Le brevet des collèges débute aujourd'hui pour plus de 850 000 candidats en série générale et professionnelle. Après le français ce matin, au tour des mathématiques cet après-midi.

Les choses sérieuses commencent pour les Bleus.L'équipe de France affronte la Suisse en huitièmes de finale, ce soir à Bucarest (21 heures). Les hommes de Didier Deschamps tenteront de rejoindre l'Italie, le Danemark, la République tchèque et la Belgique, déjà qualifiés pour les quarts.

Onze départements du centre et de l'est de la France sont désormais placés en vigilance orange aux orages.

13h20 : La liste d'union entre trois candidats de gauche, avec à sa tête le député Gabriel Serville (DVG), a nettement remporté le second tour des élections régionales dans la collectivité territoriale de Guyane. Cette liste d'union a recueilli 54,83% des suffrages exprimés contre 45,17% pour la liste du sortant, comme le montre notre carte des résultats.

13h14 : Vous cherchez un article à lire pendant votre pause déjeuner ? Voici trois contenus à ne pas rater au lendemain des élections régionales et départementales :

• Plusieurs candidats arrivés en tête de ce second tour affichent des scores très élevés. Mais, ramenée au nombre d'inscrits, leur victoire apparaît plus modeste. En cause : l'abstention, comme le montre ce graphique.

• Chute du dernier bastion communiste, première victoire pour Claude Chirac, succès pour Gérald Darmanin... Catherine Fournier vous résume qu'il faut retenir des élections départementales.

• Le mouvement d'Emmanuel Macron ne décroche aucune région hexagonale. Pire, il a été relégué à l'arrière-plan pour ce second tour des élections régionales et départementales, échouant à jouer le rôle d'arbitre. Margaux Duguet vous explique pourquoi LREM n'arrive pas à s'implanter localement.

12h41 : Serge Letchimy, député apparenté PS, a remporté le second tour des élections territoriales en Martinique, avec 37,72% des voix. Il devance l'indépendantiste Alfred Marie Jeanne, qui a recueilli 35,27% des voix.

12h31 : Deux électeurs sur trois ne sont pas allés aux urnes hier. Nos confrères de France 3 Provence-Alpes-Côte d'Azur vous expliquent pourquoi l'abstention a atteint un niveau record.

Désaveu de la classe politique, désintérêt pour les scrutins locaux : plusieurs arguments appuient le désintérêt des français pour ces régionales 2021


(MAXPPP)

12h02 : Il est midi, on fait le point sur l'actu avant d'aller manger !

Statu quo en France métropolitaine. Les élections ont été marquées par les victoires des présidentes et présidents sortants et une abstention record (65,7%). La droite et le centre conservent leurs sept fiefs. La gauche détient toujours cinq régions. On vous résume ce qu'il faut retenir de la soirée.


Le brevet des collèges débute aujourd'hui pour plus de 850 000 candidats en série générale et professionnelle. Après le français ce matin, au tour des mathématiques cet après-midi.


Les choses sérieuses commencent pour les Bleus.L'équipe de France affronte la Suisse en huitièmes de finale, ce soir à Bucarest (21 heures). Les hommes de Didier Deschamps tenteront de rejoindre l'Italie, le Danemark, la République tchèque et la Belgique, déjà qualifiés pour les quarts.


Onze départements du centre et de l'est de la France sont désormais placés en vigilance orange aux orages à partir de 14 heures.

11h55 : Emmanuel Macron a échangé avec Xavier Betrand à Douai. "On va tous en tirer les conséquences", a expliqué le chef de l'Etat à propos de l'abstention record lors des deux tours des élections régionales et départementales.

11h39 : En visite à Douai (Nord), Emmanuel Macron a félicité Xavier Bertrand, réélu à la tête des Hauts-de-France, en marge d'une visite dans une entreprise Renault. Le chef de l'Etat a également salué le recul du Rassemblement national. L'abstention "dit beaucoup de choses", a-t-il regretté.

(LUDOVIC MARIN / AFP)

11h31 : "C'est une claque pour la démocratie et pour notre parti", réagit sur France Bleu Provence Christophe Castaner, président du groupe La République en marche à l'Assemblée. Le parti n'a remporté aucune région en France métropolitaine.

Christophe Castaner, le 30 novembre 2020, à Paris. (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

(ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

11h34 : Bonjour Nous avons justement publié un bilan des élections départementales ce matin. Le scrutin a notamment renforcé l'ancrage de la droite et l'échec du Rassemblement national.

10h45 : Jean Rottner est un médecin urgentiste qui a bâti sa notoriété à Mulhouse, une ville symbole de son ancrage local. Nos confrères de France 3 vous dressent le portrait de l'homme réélu à la tête de la région Grand Est.

Agé de 54 ans, Jean Rottner, médecin urgentiste de métier, a mis le pied en politique en 2002, comme suppléant la députée de la 5e circonscription du Haut-Rhin, Arlette Grosskost.


(DAREK SZUSTER/MaxPPP)

10h39 : Quels sont les cinq chantiers urgents qui attendent Jean Rottner, réélu à la tête de la région Grand Est. Nos confrères de France 3 vous listent les défis sur la table du médecin mulhousien.

Malgré la menace RN, il faisait figure de favori pour ce second tour. Sans surprise, Jean Rottner est largement vainqueur. Il s'est engagé pour les années à venir, à faire des choix ''forts et parfois radicaux'' pour le Grand Est.

(ALEXANDRE MARCHI / MAXPPP)

10h10 : Sa victoire aux élections départementales, son rapport à la politique, son père, son enfance en Corrèze. Claude Chirac, élue dans le canton de Brive 2, se livre à France 3 Limousin.

Elections départementales 2021 : Claude Chirac, candidate "Corréze Demain", canton de Brive 2
(MAXPPP)

09h27 : "Formons une belle équipe ! Quand il y a une belle et grande équipe de France, je suis persuadée qu'elle l'emporte."

Au micro de BFMTV, Xavier Bertrand se dit "très heureux" de la victoire de Valérie Pécresse en Ile-de-France et de Laurent Wauquiez en Auvergne-Rhône-Alpes. Il appelle à l'union des figures de la droite en vue de 2022.

09h02 : Il est neuf heures, on fait le point sur l'actu !

Statu quo en France métropolitaine. Les élections ont été marquées par les victoires des présidentes et présidents sortants. La droite et le centre conservent leurs sept fiefs. La gauche détient toujours cinq régions. On vous résume ce qu'il faut retenir de la soirée.


Le scrutin a été marqué une abstention très importante. 65,7% des inscrits ne sont pas allés voter, presque autant que lors du premier tour (66,2%).

• BREVET C'est parti pour les troisièmes. Le brevet des collèges débute aujourd'hui par les épreuves de français et de mathématiques, et se poursuivra demain avec l'histoire-géographie et les sciences.


Les choses sérieuses commencent pour les Bleus.L'équipe de France affronte la Suisse en huitièmes de finale, ce soir à Bucarest (21 heures). Les hommes de Didier Deschamps tenteront de rejoindre l'Italie, le Danemark, la République tchèque et la Belgique, déjà qualifiés pour les quarts.

Quatre départements sont placés en vigilance orange pour les orages à partir de 14 heures. Il s'agit du Rhône, de la Loire, de l'Allier et du Puy-de-Dôme.

08h56 : Relance économique, inégalités sociales et territoriales, grands chantiers liés aux transports… Les défis qui attendent Valérie Pécresse, réélue à la tête de la région Ile-de-France, sont nombreux.

Le conseil régional d’Île-de-France, à Saint-Ouen (illustration).

(PHILIPPE LOPEZ / AFP)

08h54 : "Le président de la République s’exprimera sur le cap des dix prochains mois dans le courant du mois de juillet (...). Notre pays est à un tournant."

Le porte-parole du gouvernement évoque sur franceinfo les prochaines semaines, et la stratégie politique de l'exécutif.

08h51 : Pour Valérie Pécresse, le choix du candidat qui incarnera la "troisième force" de la droite face à Emmanuel Macron et Marine Le Pen devra se faire au sein du collectif qu'elle appelle de ses vœux. "Il faut des règles du jeu", demande-t-elle, sans précisions sur le mode de désignation.

08h49 : Valérie Pécresse annonce qu'elle se prononcera sur son éventuelle candidature à la présidentielle à la rentrée. "Je vais réfléchir à la suite pendant l'été, je vais consulter", dit la présidente du parti Libres, sur BFMTV. "Tout commence aujourd'hui", lance-t-elle, rappelant que son avenir était conditionné à sa réélection en Ile-de-France.

08h45 : Que faut-il retenir du scrutin dans les Hauts-de-France ? Nos confrères de France 3 font le point sur les élections, de la victoire de Xavier Bertrand au retour de la gauche dans le débat.

08h47 : "On a fait émerger une très belle équipe de France pour la droite et le centre, mais pas un homme providentiel."

Après sa victoire en Ile-de-France, Valérie Pécresse se projette sur 2022. Sur BFMTV, elle appelle la droite et le centre-droit, à commencer par les "présidentiables" Xavier Bertrand et Laurent Wauquiez, à se réunir au sein d'un "collectif" qui dépasserait les partis actuels.

08h42 : "Il y a évidemment une déception pour la majorité présidentielle (...). C'est très dur de vous implanter localement quand vous êtes un nouveau parti. Dans un contexte de très faible participation, les sortants ont été reconduits partout."

Le porte-parole du gouvernement évoque sur franceinfo les résultats des élections, où LREM ne décroche aucune région métropolitaine.

08h37 : Qui est Marie-Guite Dufay, réélue à la tête de la région Bourgogne-Franche-Comté ? Nos confrères de France 3 dressent le portrait de cette avocate de profession.

Marie-Guite Dufay, présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté.

(Lionel VADAM/MaxPPP)

08h32 : "L'avenir de la gauche est de construire un espoir collectif qui passe par le rassemblement."


Malgré l'échec de certaines listes d'union de la gauche ces derniers jours, la porte-parole du PS pour la présidentielle se dit convaincue qu'un succès de sa famille politique en 2022 ne pourra passer que par l'union. "Anne Hidalgo a toutes les qualités", avance-t-elle, sur France Inter.

08h34 : "Nous sommes la première force à gauche (...). Il y a une force motrice à gauche, c'est le parti socialiste. Les Françaises et les Français nous l'ont montré hier soir."

Sur Franceinfo, le premier secrétaire du PS estime que sa famille politique est toujours la première à gauche, malgré la poussée écologiste.

08h23 : "La droite républicaine est la seule capable de créer l'alternance pour les années et les mois qui viennent", estime sur franceinfo Aurélien Pradié, secrétaire général des Républicains dont la liste a terminé en troisième position dans la région Occitanie. "On nous annonçait morts depuis de nombreuses années mais il se trouve que nous résistons", juge-t-il.

08h23 : Interrogé sur les résultats de la gauche, le socialiste Stéphane Le Foll revient sur les paris ratés de l'union de la gauche dans les Hauts-de-France et en Paca au premier tour, et en Ile-de-France au second tour. "Le rassemblement ne crée pas de dynamique", déplore-t-il, évoquant pour 2022 le besoin d'"une force de gauche capable d'aller au-delà d'un simple rassemblement des électeurs du premier tour".

08h18 : "Plus personne n'a envie d'aller se déplacer pour des grandes idées. On est dans un rapport entre des électeurs et des individus."


Sur France 2, l'ancien porte-parole du gouvernement de l'ère Hollande explique l'abstention par un "manque de cadre politique" dans ce quinquennat. Selon lui, LREM a été "incapable" de donner un cadre politique à son action.

08h08 : L'abstention est "l'événement majeur" du scrutin, estime Alexis Corbière, député La France insoumise de Seine-Saint-Denis, sur France Inter. "À une époque, on disait : attention, l'abstention est à 30-40%, puis 50%, et maintenant deux tiers des gens ne sont pas venus voter. Une démocratie où le souverain, c'est-à-dire le peuple, ne vient pas, ce n'est pas vraiment une démocratie."

08h03 : Comment les régions ont-elles évolué politiquement dans le temps ? Franceinfo est remonté jusqu’en 1986 et vous présente la frise des conseils régionaux depuis 45 ans.

Les résultats des élections régionales depuis 1986. (FRANCEINFO)(FRANCEINFO)

07h59 : Louis Aliot estime que le RN doit "encore progresser vers la normalisation du mouvement", et non vers plus de radicalité, synonyme selon lui de marginalité électorale. Interrogé sur une éventuelle candidature d'Eric Zemmour à la présidentielle, il répond que le chroniqueur n'attirerait qu'une "petite niche électorale ultra-minoritaire en France".

07h54 : Le Rassemblement national a-t-il du souci à se faire après son échec de juin ? "On se trompe complètement si on compare ces échéances électorales, qui ont vu les mêmes être réélus, avec celles à venir, dont les Français attendent beaucoup", assure le maire RN de Perpignan, Louis Aliot, sur France Inter.

07h50 : "Le succès aux territoriales ne veut pas dire forcément le succès à la présidentielle."

Après les "bons résultats" de la droite hier, notamment pour Xavier Bertrand, Laurent Wauquiez et Valérie Pécresse, Bruno Retailleau appelle sa famille politique à "se rassembler" en l'absence de "candidat naturel".

07h50 : "L'abstention est la responsabilité des élus, pas des électeurs."


Dans les "4 Vérités", sur France 2, le patron des sénateurs LR pointe une "responsabilité particulière d'Emmanuel Macron", dont la ligne politique "en même temps" enverrait un message "tout se vaut, et donc la politique ne vaut plus rien".

07h46 : Le président sortant de la région Guadeloupe, Ary Chalus (LREM), remporte une large victoire. Il recueille 72% des suffrages face à la socialiste Josette Borel Lincertin. Retrouvez tous les détails du scrutin dans l'article de Guadeloupe la 1ère.

07h42 : Comment lutter contre l'abstention ? Le député LREM Roland Lescure milite pour l'introduction d'"une dose de proportionnelle" à l'Assemblée. Il accuse le Sénat, à majorité de droite, d'avoir bloqué une telle réforme durant le quinquennat. "Il faut être deux pour danser le tango, j'espère que Gérard Larcher [président LR du Sénat] va se mettre à la valse ou au tango", lance-t-il, sur France Inter.

07h41 : "C'est pas un coup gagnant, on est déçu de ce résultat."

Sur France Inter, ce porte-parole de LREM recense "300 élus au total" à l'issue de ces deux scrutins pour la majorité présidentielle, qui peine à prendre racine sur le terrain. "C'est un ancrage territorial qui prend du temps, qui va prendre du temps et qui commence doucement", euphémise-t-il.

12h33 : De quelle couleur politique est votre département ? Pour le savoir, consultez notre carte interactive dans notre article. Spoiler : il y a des chances qu'il soit à droite, qui grappille encore des départements à l'issue du second tour.

07h39 : "Je vois l’espoir que nous avons levé pour les électeurs degauche, l’espoir d’une union. Et on sait très bien que la gauche n’a aucunechance pour la présidentielle de 2022 si elle n’est pas unie."

Au lendemain de la victoire de Valérie Pécresse aux élections régionales en Ile-de-France, Audrey Pulvar (PS) a salué, malgré la défaite, la fusion des trois listes de gauche dans la région, avec celles de Julien Bayou (EELV) et Clémentine Autain (La France insoumise-PCF).

07h31 : "Victoire absolue" titre Corse-Matin après la victoire de Gilles Simeoni en Corse, où les nationalistes gagnent du terrain.

07h31 : La Provence titre sur la victoire du président sortant Renaud Muselier, qui l'emporte en Provence-Alpes-Côte d'Azur et empêche le candidat du Rassemblement national, Thierry Mariani, de mettre la main sur la région.