Vidéo Présidentielle 2022 : la "dynamique" d'Éric Zemmour est "une bonne nouvelle pour le camp national", selon Robert Ménard

Publié
Article rédigé par
Radio France

Le maire de Béziers déclare qu'aujourd'hui, son vote se portera sur Marine Le Pen, "plus rassurante" que "son ami" Éric Zemmour avec lequel il n'est "pas toujours d'accord". Mais il considérera qui est le mieux placé en avril.

Les bons scores d'Éric Zemmour dans les sondages en vue de la présidentielle de 2022 sont "une bonne nouvelle pour le camp national", s'est réjoui Robert Ménard, jeudi 7 octobre sur franceinfo. Quant à Marine Le Pen, en perte de vitesse dans ces mêmes enquêtes d'opinion, "elle a peut-être surestimé le fait qu'une partie de son électorat lui était fidèle", a avancé le maire de Béziers (Hérault), proche du RN.

Robert Ménard se montre toutefois prudent. "D'abord, les sondages, ça change et puis, avec les marges d'erreur, honnêtement, on peut leur faire à peu près dire ce qu'on veut", a-t-il observé. "Reste qu'il y a une dynamique qui saute aux yeux" en faveur du polémiste que le maire de Béziers refuse de qualifier d'extrême droite car pour lui "dire extrême droite, ça disqualifie les gens".

"Je voterai Marine Le Pen"

"Je constate juste que nos idées aujourd'hui représentent plus de 30% des voix", a déclaré Robert Ménard, pointant toutefois la possibilité d'un "désastre", dans l'hypothèse où la candidate du RN et Éric Zemmour seraient tous les deux candidats. "S'il y a un risque de ne voir aucun des deux qualifiés [au second tour] - parce que vous ne pouvez pas exclure que le candidat des Républicains soit devant -, il faudra évidemment un accord avant le premier tour", a-t-il estimé.

"Moi, je voterai aujourd'hui Marine Le Pen, se positionne Robert Ménard. Je la trouve plus rassurante qu'Éric [Zemmour]. Mais je ne suis pas un idéologue. Si demain, un des deux est à 8% et l'autre à 20%, il faudra en tirer les conséquences pour ne pas se trouver sans candidat de notre camp au deuxième tour."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.