Présidentielle 2022 : Valérie Pécresse a récolté 2,5 millions d'euros de dons, selon Christian Jacob

Le président du parti Les Républicains, Christian Jacob, a expliqué que la formation politique allait apporter huit millions d'euros pour rembourser la campagne de l'ex-candidate.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Valérie Pécresse, ex-candidate du parti Les Républicains (LR) à l'élection présidentielle, ici à Paris, le 10 avril 2022. (ALAIN JOCARD / AFP)

Valérie Pécresse a récolté "à peu près 2,5 millions de dons" pour combler le trou de cinq millions laissé par sa défaite à la présidentielle, a déclaré dimanche 1er mai Christian Jacob, le président du parti Les Républicains (LR). "Le parti va apporter huit millions d'euros sur une campagne qui en avait coûté 15 millions", a précisé Christian Jacob sur RTL, Le Figaro et LCI, jugeant que cet appel aux dons de la candidate avait été "compris de beaucoup de Français".

L'ex-candidate LR avait relancé son appel lundi, en invoquant "ceux qui partagent (ses) convictions" mais aussi ceux qui, "par peur des extrêmes ont choisi le vote utile dès le premier tour"

Un endettement personnel à hauteur de cinq millions d'euros

Valérie Pécresse n'avait récolté que 4,78% des voix au premier tour de la présidentielle, sous les 5% nécessaires pour obtenir un remboursement de ses frais de campagne pour lesquels elle s'est "endettée personnellement à hauteur de cinq millions d'euros".

Selon les données publiées début mars par la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP), son patrimoine s'élevait en début de campagne à 9,7 millions d'euros. Parmi ces avoirs figuraient près de 6,5 millions d'euros en assurance-vie, plan d'épargne retraite, stock-options, actions, comptes courants et produits d'épargne divers partagés avec son époux, cadre chez General Electric.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Actualité Présidentielle 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.