"Peut-être qu'elle va nous ramener un rayon de soleil" : 16% des électeurs de Jean-Luc Mélenchon prêts à voter Marine Le Pen au second tour

À Valenton, dans le Val-de-Marne par exemple, Jean-Luc Mélenchon a recueilli 54% des voix au premier tour de l'élection présidentielle. Pourtant, pour le second, certains de ses électeurs se disent prêts à faire le grand écart vers l’extrême droite. 

Article rédigé par
Pierre Frasiak, édité par Ariane Schwab - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Affiches électorales d'Emmanuel Macron, Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon pour l'élection présidentielle, à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine) le 3 avril 2022 (JULIEN MATTIA / LE PICTORIUM / MAXPPP)

Dans la rue qui monte au marché à Valenton dans le Val-de-Marne, on croise encore des affiches de Jean-Luc Mélenchon, comme si elles venaient d’être collées. Le candidat de La France insoumise y a récolté 54% des votes au premier tour. 

>> Témoignages. "Je voterai sans illusion" : dix électeurs de Mélenchon expliquent leur choix pour le second tour entre Macron et Le Pen

Zara se balade entre les stands. Au premier tour, elle a choisi le leader des insoumis, et dimanche elle sait pour qui voter. "Je pense que ça va être... Vous savez c’est qui", confie-t-elle comme si elle s’apprêtait à prononcer le nom de Voldemort (celui dont on ne doit pas prononcer le nom dans Harry Potter).

"On ne va pas refaire la même bêtise qu’il y a cinq ans, parce que ces cinq dernières années ont été un cauchemar."

Zara, une électrice de Valenton

à franceinfo

"Peut-être qu'elle va nous ramener un rayon de soleil, espère-t-elle sans jamais prononcer le nom de Marine Le Pen. On espère un peu de souplesse, qu'elle regarde un peu les pauvres, qu’elle regarde un peu les gens qui sont dans le besoin, tout simplement."

Même constat pour Duarte. Ce retraité du bâtiment est dégoûté de la politique. "De toute façon, ça ne peut pas être pire, s'agace-t-il, désabusé. Vous savez la politique comment que ça se passe. Des fois, ils disent oui et puis le lendemain, ils disent le contraire, carrément. Donc, ça me touche pareil."

"Je ne suis pas un mouton"

"Je ne suis pas un mouton", lance Marianne qui, elle aussi, en a assez qu'on lui demande de faire barrage. Elle soutient le programme de Marine Le Pen, comme 16% des électeurs de Jean-Luc Mélenchon, selon notre baromètre du 15 avril 2022. Pourtant, dès les résultats du premier tour, le leader de La France insoumise avait appelé ne pas donner une seule voix" à la candidate du Rassemblement national. "Par rapport au pouvoir d'achat, les baisses de TVA, par rapport à la retraite parce que je ne me vois pas travailler jusqu'à 65 ans", énumère Marianne pour expliquer son choix.  

Il y a les convaincus de leur vote et ceux qui hésitent encore. Nikéz gagne bien sa vie mais il pense sérieusement à glisser un bulletin Marine Le Pen dans l’urne. "En tout cas, je suis à 60% Le Pen pour l'instant dans ma tête, confie-t-il. Je pense qu'elle a fait du chemin, qu'il faut l'écouter. Il faut peut-être essayer de lui donner sa chance."

"Je pense que quand elle sera aux affaires, elle gouvernera autrement. Elle ne fera pas tout ce qu'on pense de l'extrême droite. Non, je ne le crois pas."

Nikéz, un électeur de Valenton

à franceinfo

Voter Rassemblement national, Sonia n’en est pas là. Il y a cinq ans, elle avait voté pour Emmanuel Macron et pense suivre les consignes de Jean-Luc-Mélenchon, "étant donné qu'on a voté pour lui". Mais elle trouve des points forts à Marine Le Pen. "Il faut être honnête aussi. Marine Le Pen a des côtés, surtout au niveau de la sécurité, qui sont beaucoup mieux que monsieur Macron", juge-t-elle.

>> Présidentielle 2022 : le clivage intergénérationnel de l’électorat "dresse un portrait un peu inquiétant du pays et de son avenir", selon un sondeur

Ces électeurs de Jean-Luc Mélenchon tentés par le vote Le Pen : reportage de Pierre Frasiak
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Actualité Présidentielle 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.