Les résultats dans votre commune :

Témoignages "Je voterai sans illusion" : dix électeurs de Mélenchon expliquent leur choix pour le second tour entre Macron et Le Pen

Article rédigé par
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 7 min.
Dix Français qui ont voté pour Jean-Luc Mélenchon au premier tour de la présidentielle expliquent leur choix pour le second tour entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen. (PIERRE MOREL / FRANCEINFO)

Une semaine après l'élimination du candidat de La France insoumise au premier tour de l'élection présidentielle, ces dix citoyens ont raconté à franceinfo comment ils allaient voter le 24 avril.

Ils ont tous fait le même choix au premier tour, mais partent en ordre dispersé pour le second. Les électeurs de Jean-Luc Mélenchon, candidat de La France insoumise arrivé en troisième position le 10 avril, doivent désormais se positionner en vue du duel final, dimanche 24 avril, entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Si certains entendent déjà "faire barrage" et voter pour le président sortant, beaucoup prévoient de s'abstenir ou de voter blanc. D'autres encore se disent indécis ou penchent pour la candidate du Rassemblement national. 

>> Présidentielle : suivez ce dimanche de campagne d'entre-deux-tours dans notre direct

Du Pas-de-Calais aux Bouches-du-Rhône, en passant notamment par Paris, Lille et l'Indre-et-Loire, franceinfo donne la parole à dix électeurs de Jean-Luc Mélenchon, rencontrés au hasard de leurs courses, d'une balade ou d'un trajet de RER. Dix femmes et hommes, de 18 à 85 ans, de diverses origines, confrontés à un même dilemme.

"Je ferai barrage à l'extrême droite"

Cathy Pernaud fait ses courses dans un supermarché de Châteauneuf-les-Martigues (Bouches-du-Rhône), le 7 avril 2022. (PIERRE MOREL / FRANCEINFO)

Cathy Pernaud, 71 ans, retraitée, Sausset-les-Pins (Bouches-du-Rhône). "Je regrette que pour si peu nous ayons raté l'occasion d'éliminer d'emblée Marine Le Pen et d'avoir un vrai débat d'idées. Mais je ferai tout pour qu'elle n’arrive pas au pouvoir. Je ferai barrage à l’extrême droite, comme en 2017. Je voterai Macron sans illusion mais sans hésitation non plus. Je ne suis pas du tout satisfaite de lui. Il est de droite, tout ce qu'il dit c'est de la poudre aux yeux, mais il est quand même moins dangereux que Marine Le Pen. Même si j’ai peur qu’on se paye un troisième tour social s'il est réélu..."

"On aura le président que l'on mérite"

Leila pose devant le marché de Vitrolles (Bouches-du-Rhône), le 8 avril 2022. (PIERRE MOREL / FRANCEINFO)

Leila, 33 ans, éducatrice spécialisée, Vitrolles (Bouches-du-Rhône). "Je vais devoir voter blanc. Je ne pourrai pas voter une deuxième fois pour Macron, après 2017. Il nous a beaucoup menti, sur les retraites par exemple, et il n'est pas proche de nous. On ne se sent pas respectés. Il est quand même arrivé devant au premier tour et il est encore en tête dans les sondages. On aura le président que l'on mérite.

Cette année, j'avais un peu plus d'espoir pour Mélenchon. J'aimais son programme, le smic à 1 400 euros, l'écologie, le partage de la richesse... Et j'aime sa personnalité. Je sais que plein de gens ne l'aiment pas trop, mais je le trouve authentique. Il y a cinq ans, j'avais chialé le soir du premier tour."

"Macron, on en a marre. Le Pen, je la trouve raciste"

Yanis Boudraoui pose à la gare du Nord, à Paris, le 12 avril 2022. (PIERRE MOREL / FRANCEINFO)

Yanis Boudraoui, 18 ans, lycéen en bac pro plomberie, Grigny (Essonne). "Je pense que je ne vais pas aller voter au second tour. Macron, on en a marre. Il a dit des vieux trucs sur la retraite. Le Pen, je la trouve raciste. Mélenchon, lui, il était pour l'augmentation du smic, pour les jeunes, pour la légalisation du cannabis... C'était un gars gentil, qui a fait une bonne campagne sur les réseaux sociaux. En vrai, Macron, c'est quand même mieux que Le Pen. Elle est trop d'extrême droite."

"Qu'est-ce que Le Pen peut faire de pire ?"

Amna pose devant la gare du Nord, à Paris, le 12 avril 2022. (PIERRE MOREL / FRANCEINFO)

Amna, 28 ans, comptable, Deuil-la-Barre (Val-d'Oise). "J'ai voté pour Mélenchon au premier tour pour qu'il passe au second. Je me doutais que les autres ne passeraient pas. C'était stratégique. Un vote utile. Maintenant, j'hésite vraiment. Je suis sûre d'aller voter. Beaucoup de gens veulent voter blanc, moi non. Je ferai un choix, mais je ne sais pas encore lequel.

Je vais me renseigner, lire en détail les deux programmes. Macron, j'avais voté pour lui en 2017 mais je ne m'étais pas du tout intéressée à la présidentielle, j'avais voté sous influence. Le revoir pendant cinq ans, ça ne m'emballe pas. Et Marine Le Pen, on a beau avoir des préjugés sur elle, elle fera peut-être des choses. Certes, elle est un peu raciste, mais qu'est-ce qu'elle peut faire de pire que ce qu'on a déjà eu aujourd'hui ?"

"J'attends le débat pour me décider"

Michèle Delpierre pose devant un supermarché de Bruay-la-Buissière (Pas-de-Calais), le 12 avril 2022. (PIERRE MOREL / FRANCEINFO)

Michèle Delpierre, 72 ans, retraitée, Bruay-la-Buissière (Pas-de-Calais). "C'est vraiment dommage parce que Mélenchon n'était pas loin de passer au premier tour ! J'aimais bien ce qu'il disait sur le pouvoir d'achat, la retraite... Pour le second tour, je ne sais pas encore ce que je vais faire. Macron, on en a ras le bol. Le Pen, on n'a jamais essayé. J'attends le duel pour me décider ! Ils vont débattre et on verra bien ensuite."

"Macron passera sans ma voix"

Denis Salat pose près des bords de Loire, à Tours (Indre-et-Loire), le 6 avril 2022. (PIERRE MOREL / FRANCEINFO)

Denise Salat, 85 ans, retraitée, Tours (Indre-et-Loire). "A mon âge, c'est peut-être la dernière fois que je vais voter. Ce sera un bulletin blanc ou nul. Hors de question de voter encore pour Macron, même si les sondages se resserrent d'ici là. Mon arrière-pensée est que Le Pen ne passera pas. Mon réconfort, c'est que Macron passera sans ma voix. A l'époque, il avait l'air un peu à gauche. Et il avait dit qu'il n'y aurait plus d'extrême droite à la fin de son mandat. Résultat, il y en a deux fois plus.

Le Pen, elle, incarne le désordre. Elle a changé, elle respecte les institutions, mais je ne lui fais pas confiance. Si j'ai voté Mélenchon, moi la socialiste de toujours, c'était pour empêcher Le Pen d'accéder au second tour. J'espère maintenant que mon vote a renforcé Mélenchon et qu'il prendra de l'ampleur dans l'opposition. On va en avoir besoin."

"Je n'ai aucune idée de ce que je vais faire"

François Dehoze pose à Lille, le 1er avril 2022. (PIERRE MOREL / FRANCEINFO)

François Dehoze, professeur de philosophie, 51 ans, Lille (Nord). "C’est une catastrophe, je n’ai aucune idée de ce que je vais faire. Soit je n'irai pas voter, soit je voterai blanc, je pense. Macron, c'est impossible pour moi. C'est une certitude absolue. Le Pen, je pense que c'est non, même si, avec sa présidence, il y aurait un ennemi clairement identifié. Les médias, qui auraient alors du mal à servir la soupe du gouvernement, deviendraient une sorte de contre-pouvoir. C'est un argument qui pèse pour moi.

Le débat de l’entre-deux-tours ne m'aidera pas à prendre ma décision. Les dés sont pipés, il ne peut plus y avoir de débat de fond, c'est trop tard. Les deux candidats ne feront que des demi promesses, des demi arrangements. Pour moi, cela se jouera dans les discussions avec mon entourage. Et si Le Pen passe, je n'en serai pas plus malade."

"Marine Le Pen me fait peur"

Eloïse Kolodzieski pose devant un supermarché de Bruay-la-Buissière (Pas-de-Calais), le 12 avril 2022. (PIERRE MOREL / FRANCEINFO)

Eloïse Kolodzieski, 19 ans, employée de boulangerie, Bruay-la-Buissière (Pas-de-Calais). "Pour le second tour, je suis sûre et certaine d'aller voter pour Macron. Je ne vais pas voter blanc, pour que Marine Le Pen ne passe surtout pas. Elle me fait peur ! Pourtant, Macron, je ne suis pas trop d'accord avec lui : il voulait rendre les facs payantes, je n'ai pas vu de changements sur l'écologie... Mais il a bien géré la crise du Covid, je trouve. Tout cela n'enlèvera pas ma déception que Mélenchon soit passé si près du second tour. Cela faisait depuis le collège que je voulais voter pour lui ! Même ma grand-mère était pour Mélenchon. J'ai les mêmes idées que lui. Son programme était bien."

"Je les trouve tous les deux dangereux"

Aline Duclos pose dans un parc de Tours (Indre-et-Loire), le 6 avril 2022. (PIERRE MOREL / FRANCEINFO)

Aline Duclos, 62 ans, praticienne en shiatsu, Grand-Pressigny (Indre-et-Loire). "Cette fois, je vais voter blanc. En 2017, j'avais voté Macron au second tour, mais l'histoire du barrage au FN, ça ne marche plus pour moi. J'ai déjà voté Chirac, Macron... Là, je ne peux plus. Tout m'a dégoûté dans ce quinquennat. Je trouve Macron dangereux, tout comme Marine Le Pen. Cela me fait peur de voir que le libéralisme, la droite et l'extrême droite sont majoritaires dans ce pays. Je ne pourrais pas voter pour quelqu'un comme ça, cela n'aurait aucun sens.

Si j'ai voté Mélenchon, c'était notamment pour changer de Constitution et sortir de ce fonctionnement pyramidal, aristocratique, où tout se décide en haut. Je veux plus d'horizontalité. Et bien sûr qu'on arrête d'engraisser les riches et qu'on donne plus aux pauvres."

"Mon vote blanc, c'est pour faire comprendre qu'on n'est pas d'accord"

Yamina pose à Vitrolles (Bouches-du-Rhône), le 8 avril 2022. (PIERRE MOREL / FRANCEINFO)

Yamina, 67 ans, retraitée, Marignane (Bouches-du-Rhône). "Pour le second tour, je vais voter, mais je vais voter blanc. Ni l'un, ni l'autre. Tout le monde me dit que ce n'est pas bien, mais je n'ai envie ni de Macron ni de Le Pen. Mon vote blanc, c'est pour faire comprendre qu'on n'est pas d'accord, même si c'est dommage que ça ne compte pas. J'ai travaillé toute ma vie dans l’alimentaire et je touche 750 euros par mois de retraite. Je voudrais bien gagner un peu plus. Macron, c'était la cata. Alors, j'ai voté pour Mélenchon. En 2017 déjà, j'avais voté pour lui. Dimanche soir, à l'annonce des résultats du premier tour, j'ai pleuré."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Actualité Présidentielle 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.