Nupes : "Tout va bien, nous nous entendons parfaitement", tente de rassurer Olivier Faure

Publié
Article rédigé par
Radio France

Le premier secrétaire du Parti socialiste, réélu député dimanche, assure que la Nupes n'est pas divisée. Il "n'exclut pas" de voter la motion de défiance proposée par LFI contre le gouvernement.

"Tout va bien, nous nous entendons parfaitement", tente de rassurer mardi 21 juin sur franceinfo Olivier Faure, le premier secrétaire du Parti socialiste, alors que les premières tensions apparaissent entre les composantes de la Nupes au surlendemain du second tour des législatives.

La proposition de Jean-Luc Mélenchon d'unir dans un seul groupe à l'Assemblée nationale toutes les composantes de la Nupes a été rejetée par les écologistes, les communistes et les socialistes. Olivier Faure renvoie les Insoumis à l'accord signé avant les législatives. Il "précise qu'il y aura des groupes qui seront autonomes. Il y aura un intergroupe qui coordonnera nos activités, nos prises de position qui permettra d'avoir une espèce de liaison permanente", a-t-il rappelé.

"Nous sommes politiquement la première force de l'hémicycle"

En proposant un groupe unique, Jean-Luc Mélenchon espérait chiper la place de premier groupe d'opposition de l'Assemblée nationale au Rassemblement national. Avec la Nupes, "nous sommes dans la même coalition, réplique-t-il. On a un projet partagé et donc nous sommes politiquement la première force de cet hémicycle."

Il avait informé Adrien Quatennens de son refus de rejoindre un groupe unique. En dépit de la position de ses alliés, Jean-Luc Mélenchon a rendu publique sa proposition : "Je crains que le moment où j'ai été appelé n'ait pas été suffisamment antérieur à sa prise de position pour qu'il en ait pu en tenir compte", en a conclu le premier secrétaire du Parti socialiste.

"Je ne serai jamais phagocyté par qui que ce soit", et notamment par les troupes de Jean-Luc Mélenchon, prévient-il. "Un seul groupe au lieu de quatre, c'est beaucoup d'inconvénients : On a moins d'argent, moins de collaborateurs, on a moins de temps de parole, on a moins de possibilités d'agir dans l'opposition", a-t-il expliqué.

Faure "n'exclut pas" de voter la motion de censure déposée par LFI

Par ailleurs, la France insoumise prévoit de déposer une motion de censure contre le gouvernement le 5 juillet, jour du discours de politique général d'Elisabeth Borne devant l'Assemblée nationale. Va-t-il la voter ? "Je ne l'exclus pas", mais "je voudrais pouvoir en discuter avec nos partenaires insoumis, écologistes, communistes", a répondu le député de Seine-et-Marne.

"Ils ont leur propre autonomie comme nous avons la nôtre. lls font une proposition qui est sur la table, dit Olivier Faure. Je veux en discuter avec eux, comprendre comment on peut se mettre d'accord sur la façon de l'articuler, de l'intitulé, la motivation de cette motion de censure."

"Il me paraît assez logique qu'en début de quinquennat, nous disions les uns et les autres où nous sommes et nous sommes l'opposition."

Olivier Faure

à franceinfo

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.