Cet article date de plus d'un an.

Infographies Elections législatives 2022 : jeunes, ouvriers... Visualisez le profil des abstentionnistes du second tour

Si l'abstention au second tour des élections législatives, dimanche, a atteint un niveau élevé, elle n'a toutefois pas concerné toutes les couches de la population de la même manière. Découvrez en trois graphiques le profil sociologique des abstentionnistes.

Article rédigé par franceinfo - Lise Kiennemann
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
A près de 54%, l'abstention a encore une fois atteint un niveau élevé, le 19 juin 2022, pour le second tour des élections législatives. (FRANCEINFO)

Elle n'a pas dépassé son record de 2017, mais l'abstention a atteint un niveau élevé au second tour des élections législatives, dimanche 19 juin. Plus de la moitié des électeurs (53,77%) ne se sont pas rendus aux urnes. Mais qui sont les abstentionnistes ? Age, revenus, appartenance politique… Franceinfo dresse en trois graphiques le profil sociologique de cet électorat qui ne s'est pas déplacé pour le scrutin.

>> Suivez en direct la journée politique au lendemain du second tour des législatives

Chez les 18-24 ans, sept électeurs sur 10 ont boudé les urnes

Comme au premier tour, l'abstention a d'abord concerné de manière disproportionnée les jeunes, selon l'estimation Ipsos-Sopra Steria pour France Télévisions, Radio France, France Médias Monde et les chaînes parlementaires.

Au lendemain du premier tour, le chef de file de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, avait lancé sur France 2 un appel à la mobilisation des jeunes, les exhortant à "se mêl[er] un peu de leurs affaires". Force est de constater qu'il n'y a pas eu de sursaut massif de la participation de la part de cette tranche d'âge.

Dimanche, 71% des 18-24 ans et 66% des 25-34 ans n'ont pas voté, contre 69% sept jours plus tôt. "La jeune génération est un peu blasée à l'égard des élections et de la démocratie"expliquait sur franceinfo Olivier Galland, sociologue et directeur de recherche émérite au CNRS, qui notait une préférence de la jeunesse "pour des formes d'actions protestataires", comme des manifestations ou "l'affichage d'opinions sur les réseaux sociaux"

Entre le premier et le second tour, l'abstention a progressé dans toutes les tranches d'âge, à l'exception de celle des 25-34 ans qui a enregistré une diminution de l'abstention : 66% des électeurs de cette classe d'âge se sont abstenus au second tour, contre 71% au premier tour.

Plus les électeurs sont jeunes, plus ils s'abstiennent. Seuls les plus de 60 ans affichent une abstention inférieure à 50%. "C'est la génération des 'baby boomers' qui vote le plus, notamment parce qu'ils croient encore en la politique", décryptait sur franceinfo Vincent Tiberj, chercheur en sociologie électorale à Sciences Po Bordeaux.

Les deux tiers des ouvriers se sont abstenus

L'abstention est une question d'âge, mais aussi de diplômes et de revenus. Les électeurs les moins diplômés sont ceux qui se sont le plus abstenus au second tour : 58% des titulaires du baccalauréat ne sont pas allés voter, contre 54% des diplômés d'un bac+2 et 51% des détenteurs d'un bac+3 ou plus.

Ces différences se retrouvent également si l'on compare la participation en fonction des revenus. Plus le niveau de vie de l'électeur augmente, moins l'abstention est importante.

Les professions les moins qualifiées sont ainsi celles qui se sont le moins déplacées, dimanche. L'abstention atteint 67% chez les ouvriers et 64% chez les employés, contre 59% chez les professions intermédiaires et 54% chez les cadres. L'abstention entre les deux tours du scrutin s'est en particulier accrue chez les ouvriers, enregistrant au second tour un taux supérieur de cinq points à celui du premier tour.

Plus de la moitié des électeurs de Marine Le Pen et de Jean-Luc Mélenchon ne se sont pas déplacés

Les différents courants politiques ne sont pas exposés de la même manière à l'abstention. Les électeurs de l'extrême droite et de la gauche radicale ont davantage boudé les urnes, selon cette même étude. L'abstention a ainsi dépassé les 50% parmi ceux qui ont accordé leur voix à Eric Zemmour, Marine Le Pen ou à Jean-Luc Mélenchon au premier tour de l'élection présidentielle.

Le sursaut de participation que Jean-Luc Mélenchon a appelé de ses vœux pour le second tour ne s'est là encore pas produit, puisque l'abstention a augmenté chez ses partisans. A l'inverse, moins de 40% des électeurs d'Emmanuel Macron et de Valérie Pécresse ont boudé les urnes, soit une légère baisse par rapport au premier tour.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.