Cet article date de plus d'un an.

Législatives : un contre-pouvoir fortement désiré selon les sondages

Publié Mis à jour
Législatives : un contre-pouvoir fortement désiré selon les sondages
Législatives : un contre-pouvoir fortement désiré selon les sondages Législatives : un contre-pouvoir fortement désiré selon les sondages
Article rédigé par franceinfo - G. Papin, T. Pfeiffer, France 3 Amiens, France 3 Lyon
France Télévisions

Malgré sa réélection, Emmanuel Macron ne fait pas l'unanimité auprès des Français. Ils sont nombreux à attendre les élections législatives dans l'espoir d'une cohabitation. 

Emmanuel Macron réélu, aura-t-il les mains libres pour appliquer son programme ? Dès le résultat connu, la bataille des législatives a commencé et pour certains français, ce troisième tour est synonyme de revanche. "Même si Macron est repassé, on peut changer en votant aux législatives", rappelle l’un. "Je suis déçue du résultat. Je vais voter pour Mélenchon aux législatives", indique une autre. Des propos confirmés par un sondage Ipsos publié juste après la victoire du président sortant. 56% des personnes interrogées souhaitent qu’Emmanuel Macron perde les élections législatives. 

La course aux alliances est lancée

L’une des questions essentielles sera la participation pour ces élections. D’ordinaire plus faible que pour la présidentielle. "Ce qui me désespère c’est que de plus en plus de personnes ne vont pas voter. On arrive à un stade où il faut repenser les choses", explique une passante. Des législatives au mode de scrutin particulier. Pour être qualifié au second tour, il faut obtenir un suffrage équivalent à 12,5% des électeurs inscrits. Plus l’abstention est forte, plus le maintien au second tour est élevé. Unique moyen pour les candidats qui se lancent dans la bataille : faire des alliances dès le premier tour. Elles auront lieu les 12 et 19 juin prochain.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.