Encadrer ou interdire : la fulgurante chevauchée des trottinettes électriques dans les villes

Ces habituels deux roues motorisés ont vu le jour aux États-Unis il y a seulement un an.

France Info

Sur nos trottoirs et sur nos routes, elles déambulent quotidiennement et silencieusement sans qu'on n'y fasse désormais attention. Pourtant, les trottinettes électriques n'ont pas toujours été aussi familières. C'est d'ailleurs à Los Angeles (États-Unis) qu'elles voient le jour en 2017. À la manœuvre, deux opérateurs se partagent le marché: Bird, et Lime. Le succès est immédiat et traverse rapidement l'Amérique de part en part, d'Ouest en Est. Puis, ils renoncent à virer de bord et sautent l'océan Atlantique.

"Que Dieu nous préserve des trottinettes"

Problème, la réussite des trottinettes électriques a tôt fait de la transformer comme partie intégrale du paysage urbain, avec son lot de problèmes. Son développement anarchique -du fait de l'absence de toute législation en vigueur- a d'ailleurs forcé les villes européennes à essayer d'établir une charte de bonne conduite. Une situation dont l'issue se trouve à un carrefour: encadrer ou interdire. Dans les villes allemandes, elles sont limitées à 20 km/heure quand d'autres, comme en Suède, les tolèrent seulement sur les trottoirs. Autorisées également à Madrid (Espagne) quand elles sont interdites à Barcelone, les trottinettes divisent. "Que Dieu nous préserve des trottinettes", titrait ainsi un fameux quotidien italien.

Une femme sur une trottinette électrique, à Paris.
Une femme sur une trottinette électrique, à Paris. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)