Cet article date de plus d'un an.

SNCF : les remboursements promis lors de la grève de Noël sont toujours en attente pour de nombreux clients

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min
La SNCF peine à indemniser ceux qui avaient été confrontés à la grève des contrôleurs le week-end de Noël. Un mois après la promesse d'un bon d'achat, les usagers commencent à trouver le temps long.
SCNF : les remboursements promis lors de la grève de Noël toujours en attente La SNCF peine à indemniser ceux qui avaient été confrontés à la grève des contrôleurs le week-end de Noël. Un mois après la promesse d'un bon d'achat, les usagers commencent à trouver le temps long. (France 2)
Article rédigé par France 2 - C.Rigeade, A.Le Quere, C.Wormser, M.Beaudouin, J.Pires
France Télévisions
France 2
L'entreprise peine à indemniser ceux qui avaient été confrontés à la grève des contrôleurs le week-end de Noël. Un mois après la promesse d'un bon d'achat, les usagers commencent à trouver le temps long.

Un mois après les grèves de Noël, les voyageurs s'impatient sur les réseaux sociaux. "Bon, le remboursement à 200 %, ça arrive quand ? En 2045", ironise l'un d'entre eux.  Les messages de ce type se multiplient pour dénoncer la lenteur de la procédure d'indemnisation. En plein départ en vacances, la grève des contrôleurs avait conduit à l'annulation de centaines de TGV et Intercités les 23, 24 et 25 décembre dernier et laissé 200 000 voyageurs à quai. Face à la fronde, la SNCF avait promis un bon d'achat équivalent au double du prix du billet annulé.

"Une double peine"

Selon l'entreprise, 50 000 clients seraient concernés par ces délais allongés. Ces retards dans l'indemnisation sont inadmissibles pour les associations d'usagers. "L'utilisateur quelque part, se sent frustré doublement. D'abord, il n'a pas pu voyager et ensuite le remboursement promis ne vient pas. C'est une double peine", déplore Michel Quidort, vice-président de la Fédération nationale des associations d'usagers des transports (Fnaut). La SNCF assure faire le nécessaire pour rattraper son retard.

Les voyageurs dont le train a été annulé ont jusqu'à la fin du mois de mai pour effectuer une réclamation, assure le groupe. Le bon d'achat sera ensuite valide pendant un an, à compter de sa date d'émission.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.