Grève à la SNCF : "Au niveau des salaires, il y a des mesures d'urgence à prendre par rapport à l'inflation", alerte le syndicat Sud-Rail

Les cheminots demandent "des mesures de rattrapage salarial de l'inflation".

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un personnel de la SNCF aide un client à la gare Montparnasse à Paris, le 30 juillet 2018. (THOMAS SAMSON / AFP)

Trois des quatre syndicats de la SNCF appellent à la grève mercredi 6 juillet, veille des vacances scolaires, pour réclamer une augmentation générale des salaires face à l'inflation. "Au niveau des salaires, il y a des mesures d'urgence à prendre par rapport à l'inflation", alerte vendredi 24 juin sur franceinfo Erik Meyer, secrétaire fédéral Sud-Rail.

"À la SNCF, les salaires sont gelés depuis 2014, pointe le syndicaliste. Avec l'emballement de l'inflation, et le fait que l'entreprise fasse un milliard de bénéfices l'an dernier, il est temps que les salaires augmentent."

Le mouvement n'est pas reconductible

Ce mouvement de grève n'est pour l'heure, pas reconductible selon le secrétaire fédéral Sud-Rail. "Les trois syndicats qui appellent à la grève le 6 juillet le font sur une journée simple afin de mettre la pression sur la direction", prévient-il. "On est malheureusement obligés d'en arriver là pour être écoutés de notre propriétaire qui est l'Etat et de notre direction", regrette le syndicaliste. 

Pour Eric Meyer, l'inflation est "la goutte d'eau qui fait déborder le vase". "Les cheminots sont en colère. Que la SNCF gagne ou perde de l'argent, Il n'y a jamais d'augmentions de salaire", déplore-t-il.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Grève à la SNCF

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.