Covoiturage, autocars, stop... On vous explique les alternatives pour vous déplacer pendant la grève à la SNCF

L'intersyndicale de la SNCF appelle à une "grève perlée" du 3 avril au 28 juin. Durant cette période, la circulation des trains sera très perturbée. Franceinfo fait le point sur les moyens qui existent pour circuler.

Les cheminots entament le 2 avril 2018 leur \"bataille du rail\" contre le projet de réforme ferroviaire du gouvernement.
Les cheminots entament le 2 avril 2018 leur "bataille du rail" contre le projet de réforme ferroviaire du gouvernement. (MAXPPP)

Il va falloir prendre son mal en patience. L'intersyndicale de la SNCF appelle à la grève à partir du lundi 3 avril et jusqu'au 28 juin contre la réforme ferroviaire du gouvernement. Au rythme de "deux jours sur cinq", l'intersyndicale a opté pour un mouvement "exceptionnellement fort" et les premières perturbations devraient se faire sentir dès lundi soir.

>> L'article à lire pour tout savoir de la grève à la SNCF

Le taux de grévistes déclarés pour mardi est de 48% et 77% des conducteurs seront en grève. Dans le détail, seul 1 TGV sur 8 roulera mardi, un train Intercités sur 8 ainsi qu'1 TER sur 5 et 1 Transilien sur 5. En revanche, 90% des trains internationaux Thalys, et 75% des Eurostar circuleront, mais il n'y aura pas de train Lyria vers la Suisse. Face à cette situation, comment s'organiser et se déplacer ? Franceinfo fait le point.

En covoiturage

Pour maintenir leurs déplacements, certains voyageurs optent pour le covoiturage. Plusieurs applications permettent de trouver une voiture à partager dans toute la France ou d'inscrire un trajet, comme Blablacar, Covoiturage-libreRoulezmalin ou Karos.

Pendant les jours de grève, Blablacar garantit la gratuité des trajets domicile-travail (via Blablalines) pour les passagers. Cette gratuité est "valable dans une limite de deux trajets par jour, par conducteur, et 4 trajets avec un même conducteur, et s'appliquera aux 60 000 premiers trajets réservés via l'application", précise le site internet. Les conducteurs pourront aussi être remboursés de leurs frais jusqu'à la fin de la grève. L'offre est destinée aux trajets quotidiens inférieurs à 80 km, dans toute la France et dans une limite de deux trajets par jour.

Depuis le 21 mars, la filiale de covoiturage de la SNCF, iDVROOM, rembourse déjà tous les passagers effectuant des trajets en France à hauteur de deux trajets quotidiens de 80 km maximum, pour trois personnes par voiture. Les conducteurs peuvent bénéficier d'une carte essence de 15 euros pour leur premier covoiturage effectué. Cette mesure est valable jusqu'au 28 juin.

En Ile-de-France, le covoiturage sera gratuit. La région s'est associée à huit plateformes de covoiturage (BlablaLines, Clem', Covoit'ici, iDVROOM, Karos, Klaxit, Ouihop et Roulez Malin). Pour les conducteurs inscrits sur l'une de ces plateformes, leurs trajets seront remboursés sur la base de 10 centimes par kilomètre. Les voyageurs doivent se rendre sur l'application Vianavigo pour trouver leur trajet. 

En bus et en cars

Les compagnies de "cars Macron" actives en France, Isilines, filiale du groupe Transdev, FlixBus et Ouibus pourront être une alternative pour les trajets de courte et longue distance.

Isilines, qui exploite une centaine d'autocars au quotidien, va doubler ou tripler son offre, en mettant deux ou trois autocars au lieu d'un au départ de certains trajets. Selon le directeur général Hugo Roncal, les réservations ont déjà "triplé par rapport à la normale, sur l'ensemble des lignes, tant pour les courtes distances que les Paris-Lyon ou Paris-Marseille". Cette mesure ne pourra cependant pas transporter tous les voyageurs dans le besoin, "il faut relativiser : 4,5 millions de personnes prennent le train tous les jours, et nous en transportons 8 millions... en un an !", pondère le directeur général.

Du côté du concurrent FlixBus, la société mettra 300 cars en circulation mardi, soit 50 de plus qu'en temps ordinaire. Elle constate déjà des réservations en hausse de 30% pour les 8 et 9 avril, les deux jours de grève suivants. Raphaël Daniel, porte-parole de Flixbus, a affirmé sur franceinfo qu'il restait "quelques places" à partir "de mercredi ou jeudi" mais que pour demain, mardi, premier jour de grève à la SNCF, cela va être "compliqué" de réserver des places. Par ailleurs, les prix risquent aussi d'augmenter. La majorité des bus Paris-Lyon pour le 3 avril coûtent 78,90 euros.

Quant aux Ouibus, ils circuleront normalement, bien que la compagnie soit une filiale de la SNCF. Aucun préavis de grève n'y a en effet été déposé. 

De son côté, la région Ile-de-France a annoncé un renforcement des lignes de bus, tram et Noctilien pendant la période de grève.

En auto-stop

Pour les voyageurs disposant de temps, la SNCF lance l'initiative Autostop-citoyen en partenariat avec la ville de Paris, l'application Waze et Facebook. Pour être utilisé, le site ne nécessite aucune application ni inscription préalable. Il suffit de télécharger un macaron "Autostop-citoyen" sur le site internet et le coller sur le pare-brise de son véhicule avec une étiquette indiquant sa destination.

Pour se rencontrer, les conducteurs et passagers peuvent se rendre sur les aires de covoiturage indiquées sur l'appli Waze ou sur la page Facebook dédiée. Pour le moment, l'offre n'est valable qu'en Ile-de-France, mais pourrait être élargie à d'autres régions en fonction du nombre d'utilisateurs la première semaine de grève, précise Le FigaroEn attendant, il y a toujours la méthode traditionnelle : porter un carton avec la destination et tenir son pouce levé sur le bord de la route...

En taxi et VTC

Pour les courts trajets, certains passagers pourront opter pour le taxi ou les VTC, même si ces alternatives restent les plus onéreuses. Le prix d'une course en taxi est fixe et déterminé par la distance et l'heure d'usage, alors que le coût des courses de VTC varient en fonction du nombre de chauffeurs sur la route et de la demande des passagers.

Pour la grève, Uber annonce mettre en place des mesures spéciales. Un code promo de 20% sera disponible pour les passagers réalisant leur trajet domicile-travail de 8h à 20h, avec l'option UberPool (qui permet de transporter plusieurs personnes allant dans la même direction). Toutes les courses réalisées avec cette option, débutant ou se terminant en Ile-de-France (hors trajets réalisés uniquement dans Paris intramuros) bénéficient de cette mesure.

Contactée par franceinfo, l'application LeCab proposera un service de transport partagé avec une offre spéciale, sans plus de détail. Le 22 mars, premier jour de grève à la SNCF, l'application avait instauré tous les trajets Ile-de-France-Paris et Paris intra-muros à 1,90 euro, de 6 heures jusqu'à minuit sans limitation sur le nombre de courses par personne, expliquait la société sur son compte Twitter.

A vélo

Pour les plus sportifs, il reste toujours le vélo. Des applications comme ViaNavigo ou Géovélo permettent de trouver les meilleurs itinéraires pour se déplacer en deux-roues. Dans les villes équipées d'un service de vélos en libre-service, il sera toujours possible de louer un vélo pour la durée d'un trajet ou à la journée. A Paris, seules 500 stations du "nouveau Vélib" (sur 1 400) sont actuellement ouvertes, rappelle Le Parisien.