"Gilets jaunes" : "Les gens attendent des choses tout de suite", témoignent des manifestants prêts à un acte V

Certains manifestants ont d’ores et déjà appelé à une nouvelle mobilisation samedi 15 décembre, avant même la prise de parole du chef de l’État, lundi à 20 heures.

Des \"gilets jaunes\" à Paris, le 8 décembre 2018, pendant l\'acte IV de leur mobilisation.
Des "gilets jaunes" à Paris, le 8 décembre 2018, pendant l'acte IV de leur mobilisation. (SAMEER AL-DOUMY / AFP)

Emmanuel Macron s’adressera à la nation lundi 10 décembre à 20 heures, pour annoncer des "mesures concrètes et immédiates", selon la ministre du Travail, Muriel Pénicaud. Un discours attendu par les "gilets jaunes" qui se sont une nouvelle fois mobilisés partout en France samedi. Vont-ils manifester à nouveau ? Y aura-t-il un acte V dès samedi prochain ? La réponse est la même chez la plupart des "gilets jaunes", ils veulent une nouvelle journée de mobilisation nationale.

"Les mesures qu'a prises Macron, c'est minable"

"On va revenir encore et encore jusqu'à ce qu'Emmanuel Macron se dise 'merde, ils sont encore là, qu'est-ce qu'on va faire ?' Parce que les mesures qu'il a prises, c'est minable, souligne Tiphaine, venue de l’Essonne pour manifester sur les Champs-Élysées samedi. Est-ce que ça va permettre aux gens de pouvoir se chauffer et se nourrir à la fin du mois ? Non, pas dans l'immédiat, déplore la jeune femme. Combien de personnes ne vont pas pouvoir offrir de beaux cadeaux à leurs enfants pour Noël ?". "On aimerait bien qu'on nous écoute de temps en temps, au moins sur les questions cruciales", affirme Kévin, un autre "gilet jaune". 

Mais qui pour porter leurs revendications ? "Je pense qu'on manque de meneurs", indique Benoît. Mais sa priorité est que le mouvement reste apolitique. "Nous, on cherche juste à être heureux", ajoute-t-il.

Il faudrait un leader mais ce n'est pas un mouvement politique. Ce n'est pas quelque chose de droite, de gauche ou du centre, il faut être au-dessus de ça. C'est une question d'humain.Benoît, "gilet jaune"à franceinfo

"Tout le monde a le droit de bouffer à sa faim"

Et pour ça, ils attendent plus d’annonces, plus de mesures. "Qu'on nous réponde vraiment, au lieu d'avoir des annonces de faux-cul", souligne Christelle, qui demande surtout davantage de considération. "Qu'ils nous respectent un petit peu plus. La colère vient aussi de là, on prend les 'gilets jaunes' pour des blaireaux parce que certains ne savent pas s'exprimer", confie la jeune femme. "On n'a peut-être pas eu la même chance dans la vie, mais on a tous le droit de bouffer à notre faim. On a envie d'aller en vacances, on a envie de pouvoir se faire un petit week-end en amoureux, vivre dignement"

Certains, comme le mouvement citoyen des "gilets jaunes", un collectif auquel appartient Kamal Amriou, ont d’ores et déjà appelé à une nouvelle manifestation samedi, et ce sans attendre la prise de parole du chef de l’État, lundi soir à 20 heures. "Les annonces de Mr Macron, nous les attendons, mais est-ce qu'elles vont suffire ? Est-ce qu'elles vont se traduire dans les faits ? Il y a une attente importante de la population, on est plus à deux ou trois mois, on est dans l'immédiateté, s'impatiente-t-il. Les gens attendent des choses tout de suite."

On s'approche des fêtes de Noël, dans 15 jours et il y a des gens qui sont dans une telle misère, une telle pauvreté, il faut sortir de ça.Kamal Amriou, du mouvement citoyen des "gilets jaunes"à franceinfo

C’est ce qu’espère faire Emmanuel Macron, qui devrait annoncer des "mesures concrètes et immédiates", première scène de ce cinquième acte, dont on ignore encore s’il sera le dernier de la pièce.

"Gilets jaunes" : vers un acte V ? Le reportage de Matthieu Mondoloni
--'--
--'--