"Gilets jaunes" : nouvelle journée de tensions

La mobilisation a été suivie un peu partout en France, mais surtout à Paris avant que les casseurs ne passent à l’action. Au total, plus de 1 000 individus ont été arrêtés.

Sur les Champs-Elysées, la nuit tombe. Quelques manifestantes veulent en découdre encore avec les forces de l’ordre. Dans la fumée des gaz lacrymogènes, la quatrième journée de mobilisation des "gilets jaunes" commence doucement. Mais l’après-midi a été émaillé de violences dans plusieurs quartiers. Autour de l’Etoile déjà : d’abord repoussés par les gaz lacrymogènes, les groupes de casseurs s’en prennent au Drugstore et montent des barricades avec les planches en bois censées protéger les magasins. Les policiers essuient des jets de projectiles avant de lancer la charge, une guerre de mouvement entre manifestants et gendarmes/CRS.

Plusieurs blessés

Dans les avenues qui partent de la Place de l’Étoile, les blindés de la gendarmerie avancent pour faire tomber les barricades. Les groupes des forces de l’ordre sont de plus en plus mobiles. Les incendies de voitures et scooters se multiplient dans l’après-midi, avec une certaine amertume chez les "gilets jaunes".
Autour du boulevard de Courcelles, les casseurs prennent le dessus, tout comme sur le boulevard Haussmann. Situation tendue aussi autour des Grands Boulevards et des grands magasins. Des scènes de pillage ont enfin été constatées dans le 16e arrondissement de la capitale.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des forces de l\'ordre en pleine intervention lors de la manifestation des \"gilets jaunes\', le 8 décembre 2018, sur les Champs-Elysées à Paris.
Des forces de l'ordre en pleine intervention lors de la manifestation des "gilets jaunes', le 8 décembre 2018, sur les Champs-Elysées à Paris. (ERIC FEFERBERG / AFP)