"Gilets jaunes" : le mouvement à la recherche d'un porte-parole

Le mouvement des "gilets jaunes" n'a pas encore d'interlocuteur identifié pour le gouvernement. Certaines figures émergent, comme celle de Christophe Chalençon, un manifestant du Vaucluse encore mobilisé dimanche 18 novembre au matin.

Le soleil se lève sur le péage nord d'Avignon (Vaucluse). Certains "gilets jaunes" ont maintenu des barrages filtrants toute la nuit de samedi 17 à dimanche 18 novembre. Au deuxième jour du mouvement, Christophe Chalençon sait comment raviver la flamme. Cet artisan forgeron s'est imposé comme l'organisateur des "gilets jaunes" dans le Vaucluse depuis plusieurs semaines. À 52 ans, il n'a jamais été syndiqué ou encarté dans un mouvement politique. Aujourd'hui, il se veut porte-parole, dans les médias comme sur internet.

Pouvoir négocier directement avec le gouvernement

Plusieurs dizaines de points de blocage sont organisés dans le département. Christophe Chalençon y est aussi l'interlocuteur des forces de l'ordre. Son prochain objectif est de pouvoir négocier en direct avec le gouvernement. Baisse des taxes et même dissolution de l'Assemblée nationale : des revendications que Christophe Chalençon souhaite porter au niveau national si le mouvement perdure, au nom de tous les "gilets jaunes" qu'il a su fédérer.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un manifestant participant à la mobilisation des \"gilets jaunes\" sur le périphérique près de Caen (Calvados), le 18 novembre 2018.
Un manifestant participant à la mobilisation des "gilets jaunes" sur le périphérique près de Caen (Calvados), le 18 novembre 2018. (CHARLY TRIBALLEAU / AFP)