VIDEO. En larmes, une salariée d'Air France interpelle ses dirigeants : "Ça fait quatre ans qu'on travaille pour rien !"

La scène s'est déroulée lundi, lors du comité central d'entreprise de la compagnie, interrompu par des dizaines de salariés en colère.

FRANCK BAPTISTE

"Nous, on les a faits les efforts, ça fait quatre ans qu'on travaille pour rien ! s'exclame-t-elle, le visage rougi, en larmes. Quatre ans que nos salaires n'ont pas évolué !" Lundi 5 octobre, Erika et plusieurs de ses collègues, salariés d'Air France, ont fait irruption au siège de la compagnie à Roissy (Val-d'Oise), peu de temps après que des violences eurent éclaté entre des manifestants et des dirigeants lors du comité central d'entreprise. Cette scène a été filmée et diffusée sur Facebook mardi. A 19 heures, la vidéo comptabilisait plus de 750 000 vues et avait été partagée plus de 22 000 fois.

Indifférence des dirigeants

"Nous sommes entrés sans savoir ce qui venait de se dérouler, précise l'auteure de la vidéo, appelée "Naty BeyCdg" sur le réseau social. Nous étions déterminés à dialoguer." Dans cette vidéo de 3 minutes, Erika, agent au sol d'Air France depuis de longues années, interpelle plusieurs responsables de l'entreprise, notamment Pierre Mie, le directeur des affaires sociales d'Air France : "Quatre ans sans rien, et c'est nous qui trinquons", déplore-t-elle, alors que les dirigeants en costume discutent en lui tournant le dos. "On nous dit d'être transparents avec les clients, mais vous, est-ce que vous l'êtes avec nous ?"

Seule, elle reprend, malgré le silence de ses interlocuteurs : "Aujourd'hui on nous demande d'être gentils et de comprendre que les acquis évoluent (...), que l'âge pour faire travailler les enfants ça évolue. (…) Alors à quel âge on fait travailler les enfants ?" interroge-t-elle, en référence à la vision polémique des acquis sociaux selon Alexandre de Juniac, le PDG d'Air France-KLM. "On est venus pour avoir l'impression d'être pris en considération… Mais même ça, vous ne pouvez pas nous le donner", regrette-t-elle, alors que les cadres de la compagnie continuent de l'ignorer.

"Elle a parlé avec le cœur"

Contactée par francetv info, Erika n'a pas souhaité s'exprimer, dépassée par le succès de la vidéo. Une de ses collègues précise qu'elle "préfère se protéger, au vu de la situation et de la menace de suppressions d'emplois". Présente au moment de la scène, son amie ajoute : "Elle a parlé avec le cœur, elle est très attachée à Air France, mais ne s'attendait pas à un tel engouement."

Du côté des syndicats, tous cherchent aussi à protéger la jeune femme : "On ne sait pas ce que cette vidéo peut donner, explique Miguel Fortea, secrétaire général de la CGT Air France, contacté par francetv info. Il ne faudrait pas que ça puisse se retourner contre elle."

En revanche, ils assurent qu'Erika a rencontré Pierre Mie et a bu un café avec lui à la suite de cette altercation. "Je ne sais pas ce qu'ils se sont dit, explique Christophe Mallogi, secrétaire général du syndicat FO Air France. Monsieur Mie a pris le temps de discuter avec elle, mais je ne sais pas ce que ça a donné."

 

 

Une salariée d\'Air France demande des explications à ses dirigeants lors du comité central d\'entreprise, lundi 5 octobre 2015.
Une salariée d'Air France demande des explications à ses dirigeants lors du comité central d'entreprise, lundi 5 octobre 2015. (NATY BEYCDG)