"Une énorme conscience collective va se mettre en route" : une coordination "Gilets jaunes, le mouvement" lancée à Marseille

Des "gilets jaunes" venus de toute la France se sont réunis samedi à Marseille pour créer un mouvement où le "citoyen va décider de tout". Objectif : s’organiser en coordination pour traiter les revendications de ceux qui expriment leur colère depuis la mi-novembre.

Conférence de presse de \"Gilets jaunes, le mouvement\" à Marseille, le 5 janvier. A gauche, Ingrid Levavasseur et Hayk Shahinyan.
Conférence de presse de "Gilets jaunes, le mouvement" à Marseille, le 5 janvier. A gauche, Ingrid Levavasseur et Hayk Shahinyan. (VALLAURI NICOLAS / MAXPPP)

Six heures de réunion ont été nécessaires pour se mettre d’accord, samedi 5 janvier à Marseille. La tension est montée à plusieurs reprises car tous les "gilets jaunes" n’avaient pas été conviés à cette réunion, dont l'objectif était de créer une coordination nationale baptisée "Gilets jaunes, le mouvement". Devant le parking du journal La Provence, qui avait prêté ses locaux, une centaine de mécontents n’ont pas hésité à prendre à partie les organisateurs, protégés par des CRS. De l’autre côté des grilles, venu de Lyon, un des fondateurs de ce mouvement à naître, Hayk Shahinyan, répond et se défend de tout calcul politique : "Je ne suis candidat à rien, les gars, on est libres, tu comprends ça ? J’ai le droit d’ouvrir une assoc' avec des milliers de gens qui en ont envie. C’est tout ce qu’on dit. Si les gens ne veulent pas adhérer à ce mouvement, et bien ils n'adhèrent pas. Nous, on ne dit absolument pas qu’on représente tous les 'gilets jaunes' de France parce que c’est impossible d’affirmer ça."

"On invite tous les Français à nous rejoindre"

La colère est retombée quand des opposants ont été invités à participer. D’autres sont repartis sans incident. Et de retour dans le hangar à papier du journal, "Gilets jaunes, le mouvement" a été officiellement lancé par une de ses porte-paroles, Ingrid Levavasseur : "On invite tous les Français, ‘gilets jaunes’ ou non. Il y a quand même eu 70% de personnes qui nous ont soutenus, donc ils ne sont peut-être pas dans la rue, ils sont chez eux, mais ils nous soutiennent. On les invite à se joindre à nous."

D’où la création d’un outil numérique disponible depuis toutes les communes du territoire pour traiter les revendications des Français. "Ce sont des millions d’informations qui vont être traités à l’instant même. C’est une énorme conscience collective qui va se mettre en route", explique Christophe Chalençon, l'un des fondateurs du mouvement.

La vieille politique qui nous a gérés pendant une quarantaine d’années va tomber aux oubliettes. Les partis politiques existants vont tomber aux oubliettes. Pourquoi ? Parce que le peuple souverain va reprendre le pouvoir.Christophe Chalençonà franceinfo

La plateforme sera très prochainement mise en ligne et le mouvement promet, d’ici deux mois, d’être en mesure de publier toutes les doléances.

Marie-Christine Lauriol a assisté pour franceinfo à la naissance de "Gilets jaunes" à Marseille.
--'--
--'--