Un homme frappé par un policier à terre : l'IGPN ouvre une enquête

Une enquête judiciaire a été ouverte après l'interpellation musclée d'un homme lors de la manifestation des "gilets jaunes" samedi 18 janvier. Un homme, le visage ensanglanté, s'est fait frapper à terre par des policiers.

La vidéo a fait le tour des réseaux sociaux : un homme à terre, couché sur le dos, visage ensanglanté. Il est frappé à coups de poing par un policier. La personne qui filme est choquée, elle crie aux forces de l'ordre d'arrêter. D'autres témoins qui ont participé à la manifestation des "gilets jaunes" témoignent. "Ils l'ont mis par terre, mis sur le ventre et un CRS s'est mis au-dessus de lui pour lui mettre des coups de poing. On lui a demandé d'arrêter, mais ils n'ont rien voulu savoir. Ils continuaient, on criait, on avait peur", raconte une femme.

Réponse à la violence ?

L'homme à terre a été filmé aussi par une autre caméra, on le voit crier de douleur toujours le visage tuméfié. Un informaticien qui vit juste au-dessus de l'endroit ou s'est passée la scène a aussi tout filmé. Le jeune homme se fait frapper avant de se faire exfiltrer. Selon Stanislas Gaudon, secrétaire national syndicat Alliance Police, le policier répondait à la violence du manifestant : "Un individu violent qui n'a pas hésité à jeter des projectiles en verre sur mes collègues, et lorsque mon collègue a tenté de l'interpeller, il n'a pas hésité à lui cracher du sang au visage". Une enquête judiciaire et administrative a été ouverte. Mardi 14 janvier, Emmanuel Macron avait appelé les forces de l'ordre à l'exemplarité.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des CRS interviennent alors que des manifestants sont rassemblés devant le théâtre des Bouffes du Nord, à Paris, vendredi 17 janvier 2020. 
Des CRS interviennent alors que des manifestants sont rassemblés devant le théâtre des Bouffes du Nord, à Paris, vendredi 17 janvier 2020.  (LUCAS BARIOULET / AFP)