Pitié-Salpêtrière : "Le ministre de l'Intérieur a un peu surréagi mais il faut en finir avec la culture de l'excuse"

Valérie Pécresse a réagi à la polémique sur l'irruption de manifestants dans l'hôpital de La Pitié-Salpêtrière, qualifiée d'"attaque" par Christophe Castaner. 

franceinfo

Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France (LR) a reconnu que Christophe Castaner avait "visiblement un peu surréagi", vendredi 3 mai franceinfo. Le ministre de l'Intérieur est critiqué pour avoir qualifié "d'attaque" l'irruption de manifestants dans l'hôpital de La Pitié-Salpêtrière en marge du défilé du 1er-Mai"Il faut en finir avec la culture de l'excuse", estime Valérie Pécresse. 

"Je suis dans le parti de l'ordre"

"Qu'est-ce qui justifie une intrusion dans un hôpital public ? s'interroge Valérie Pécresse. Peu importe l'intention ! Qu'est-ce qu'on en sait ? Qu'est-ce qu'on sait des dégradations qu'ils auraient pu commettre s'ils avaient pu rentrer dans ce service de réanimation ? Franchement, je suis désolée, je suis dans le parti de l'ordre et vous ne m'en ferez pas dévier" "L'hôpital, c'est un sanctuaire, et il doit être respecté par les manifestants", conclut Valérie Pécresse.

Les personnes qui étaient en cause ont été relâchées à la fin de leur garde à vue. Elles auront fait un peu de garde à vue, ça leur apprendra à s'introduire par effraction dans un hôpital public.

Valérie Pécresse

à franceinfo

"La justice a fait son travail", ajoute la présidente de la région Île-de-France, estimant que "les Français en ont assez de ces échauffourées" et de "ces provocations". "Ce que je souhaite, c'est que le feu s'arrête. Les Français sont fatigués de vivre au rythme de ces émeutes hebdomadaires."

Selon Valérie Pécresse, le gouvernement a été trop laxiste lors des premières manifestations de "gilets jaunes". "Je crois qu'au départ il y a eu un retard à l'allumage dans le maintien de l'ordre dans toutes les grandes villes. Et ce retard à l'allumage a permis d'organiser petit à petit une espèce de rendez-vous hebdomadaire de la casse, du saccage", a dénoncé Valérie Pécresse.

Valérie Pécresse, invitée de franceinfo le 3 mai 2019.
Valérie Pécresse, invitée de franceinfo le 3 mai 2019. (RADIO FRANCE / CAPTURE D'ÉCRAN)