"Nous essayons d'inventer une nouvelle forme de démocratie" : les réponses d'Emmanuelle Wargon à vos questions sur le grand débat national

La secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Transition écologique, chargée d'animer le grand débat national, a répondu à vos questions dans un chat sur franceinfo. Voici toutes ses réponses. 

La secrétaire d\'Etat auprès du ministre de la Transition écologique, Emmanuelle Wargon, répond aux questions des internautes de franceinfo, le 16 janvier 2019.
La secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Transition écologique, Emmanuelle Wargon, répond aux questions des internautes de franceinfo, le 16 janvier 2019. (CHRISTOPHE RUISSEL / FRANCE TELEVISIONS)

Elle est chargée, avec son collègue Sébastien Lecornu, d'animer le grand débat national voulu par Emmanuel Macron en réponse à la crise des "gilets jaunes". Secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Transition écologique, Emmanuelle Wargon était l'invitée de franceinfo.fr, mercredi 16 janvier.

Pendant une heure, la secrétaire d'Etat a répondu à vos questions. Comment ce grand débat national va-t-il concrètement s'organiser ? Quel est le rôle du gouvernement dans son animation ? Quand et comment l'exécutif compte-t-il précisément en tirer des conclusions ? Voici les 42 questions que nous lui avons relayées, accompagnées de ses réponses.

Ça sert à quoi concrètement le grand débat ? (@GANESH )

Cela sert à tout le monde de donner son avis, de discuter et ça permettra au gouvernement de faire évoluer sa politique sur les quatre thèmes mis au débat.

Ma question sera simple : si les "gilets jaunes" n'étaient pas intervenus, auriez-vous continué longtemps à spolier le peuple ? (@Madie)

Si les "gilets jaunes" n'étaient pas intervenus, le gouvernement n'aurait sans doute pas organisé ce débat. Cette interpellation a vraiment contribué à ce que le gouvernement lance cette grande opération de débat.

Le grand débat national est-il réellement ce que les Français attendaient ou est-il plutôt une tentative de rallier les éléments les plus modérés des gilets jaunes afin de stopper une éventuelle reprise des manifestations ? (@Jean-Jacques Roussette)

Ce que la majorité des Français attendent, c'est que les discussions puissent avoir lieu, que chacun puisse participer ("gilets jaunes" ou pas), les thèmes du débat sont larges. Non, ce n'est pas pour stopper les manifestations. On accepte toujours les manifestations, mais pas la violence. Il faut qu'elles soient pacifiques.

Quel sera concrètement votre rôle dans le grand débat ? (@anonyme)

Faire en sorte que l'organisation se passe bien, mobiliser tous les Français (les citoyens, mais aussi les associations), avec Sébastien Lecornu et la mobilisation des maires. Sous le contrôle de cinq garants pour garantir en dehors du gouvernement la neutralité, l'impartialité de la restitution.

Bonjour, sera-t-il possible d’apporter sa contribution au débat, en répondant via internet aux questions posées par le président ? Merci. (@anonyme)

Je ne pourrai pas assister à un débat mais voudrais m'exprimer. Est-il possible de le faire par internet, sur le site du grand débat par exemple ? (@Mhgd)

Oui, ce sera possible. On ouvre un espace pour contribuer directement sur le site à partir du 21 janvier. Ce sera un formulaire à remplir. Et on pourra aussi contribuer directement par courrier.

Je possède un café et j'aimerais profiter de l'espace pour organiser une ou plusieurs réunions. Mais je ne peux pas les animer. Faut-il un animateur ? Y a-t-il des listes d'animateurs proposées ? (@Hélène)

C'est super de proposer de le faire. Il suffit de déclarer que vous êtes prêt à accueillir un débat tel jour et à telle heure. Et il faut appeler le numéro vert (0 800 97 11 11 pour la France métropolitaine et 01 82 71 03 39 pour l'outre-mer), qui vous permettra de trouver un animateur.

Les débats locaux ne risquent-ils pas de dégénérer ? Y aura-t-il de la sécurité ? (@Moij)

Il est possible de solliciter la préfecture ou la sous-préfecture si on est inquiet pour la sécurité. Elles sont à votre disposition pour régler au cas par cas les questions de sécurité.

Comment les remontées du terrain s'opéreront-elles (intermédiaires...) ? (@Romain)

On va beaucoup s'inspirer de ce qu'avait commencé à construire la CNDP (Commission nationale du débat public) pour les remontées de terrain. Le système sera validé par les garants. Des prestataires seront choisis pour faire le traitement quantitatif. On fera aussi appel à des équipes spécifiques pour les remontées qualitatives.

Sur quels critères sont tirés au sort les citoyens chargés de faire les synthèses régionales ? Faut-il s'inscrire sur une liste de volontaires ? (@Khaled)

Comment postuler au tirage au sort pour participer à la conférence des citoyens à compter du 1er mars ? (@Philippe)

Il y aura bien des conférences avec des citoyens tirés au sort à partir du 1er mars. Les modalités de tirage au sort sont en cours de définition. Elles seront validées par les garants.

Inutile de débattre deux mois pour augmenter de manière conséquente les retraites et les salaires, réindexer les retraites, abandonner le 80 km/h, supprimer le CICE et l'avantage Pinel, rétablir l'ISF. A moins qu'il ne soit sourd, on en parle depuis deux mois. (@retraitégiletjaune)

On a besoin de débattre pour entendre le point de vue à la fois de ceux qui se sont exprimés et ceux qui ne se sont pas encore exprimés. Il y a des sujets qui ne sont pas encore mûrs. Par exemple, on ne peut pas à la fois baisser les impôts et augmenter les dépenses de l'Etat, c'est typiquement de ce genre de sujets qu'il faut débattre.

La secrétaire d\'Etat auprès du ministre de la Transition écologique, Emmanuelle Wargon, répond aux questions des internautes de franceinfo, le 16 janvier 2019.
La secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Transition écologique, Emmanuelle Wargon, répond aux questions des internautes de franceinfo, le 16 janvier 2019. (CHRISTOPHE RUISSEL / FRANCE TELEVISIONS)

Pourquoi les questions posées par les maires à Monsieur Macron doivent-elles être validées par le préfet ? Peut-on parler de liberté d'expression ? (@anonyme)

Pour avoir assisté aux sept heures de débat dans l'Eure [mardi], les questions sont venues dans la salle et elles n'avaient été validées par personne.

Est-il possible qu'au travers de ce débat puissent se régler des problématiques aussi diverses et variées que le pouvoir d'achat, le chômage, les aides sociales, le changement climatique, les impôts ? Chaque Français a ses propres problématiques. Pour ma part, je n'y crois pas. Bon courage à vous. (@anonyme)

C'est vrai que les sujets sont très vastes. On imagine que chaque débat ne traitera pas de toutes les questions. Mais c'est vraiment une opportunité pour essayer d'avancer sur chacune de ces problématiques.

Supprimer les avantages des anciens présidents est-il envisageable ? (@Laurent)

Bonjour. Pour le grand débat, peut-on remettre en question le salaire de nos représentants politiques ? Je ne dis pas qu’il faudrait qu’ils soient au smic, mais peut-être réfléchir à un salaire plus terre à terre, plus proche de la réalité. De cette façon peut-être que la politique deviendra une réelle conviction et un engagement au nom du peuple français. (@Flo)

C'est important que ces propositions s'expriment, notamment dans la thématique démocratie et citoyenneté. Chacun est libre de faire des propositions, y compris sur le salaire des politiques. Il y a un devoir d'exemplarité des politiques et des dirigeants, ça fera partie des réponses à apporter. Je ne veux pas donner d'avis personnel à ce stade. Il faudra qu'on apporte une réponse collective à ce qui aura été exprimé.

Bonjour Madame la ministre, avez-vous bénéficié de la suppression de l'ISF ? Dans l'affirmative, seriez-vous favorable à son rétablissement ? (@Didier)

J'étais redevable de l'ISF (impôt de solidarité sur la fortune) avant sa suppression (à la suite du décès de mes parents), mais je ne suis pas redevable de l'IFI (impôt sur la fortune immobilière). Je pense que la question, c'est la justice et l'équité fiscale. Et je souhaite que le débat nous permette d'avancer sur ce sujet.

Pourquoi le gouvernement donne-t-il l'impression d'avoir peur du référendum sur des sujets de société ? (@anonyme)

Le gouvernement ne veut pas faire la réponse au débat avant la fin du débat. Le référendum est une question sur la table, comme la prise en compte du vote blanc ou le vote obligatoire. Donc nous n'en avons pas peur.

Bonjour, merci pour votre travail. Je m'interroge sur la représentativité de la population française lors du grand débat. Quid des minorités et de la surreprésentation des "gilets jaunes" ? Pouvez-vous m'éclairer ? (@Sel)

La bonne manière de lutter contre la surreprésentation de certaines catégories, c'est que tout le monde se mobilise, et c'est aussi la raison pour laquelle on a décidé d'utiliser le tirage au sort pour les débats régionaux.

Pouvons-nous inviter des intellectuels pour aider à la réflexion collective ? (@anonyme)

Oui :)

Bonsoir, je pose tardivement une question. Pour les Français qui résident à l’étranger, quelles sont les possibilités de s’exprimer ? Les consulats mettent-ils des cahiers de doléances à disposition ? Internet est certainement une solution, surtout pour les Français retraités qui résident temporairement ailleurs durant la période hivernale. Merci (@azoretsuzy)

On va demander aux ambassades et aux consulats de permettre l'organisation de ce grand débat pour les Français de l'étranger. Et la participation en ligne est évidemment possible via la plate-forme à compter du 21 janvier.

Bonjour, combien coûte le grand débat, et comment est-il financé ? (@anonyme)

Le grand débat est financé par l'Etat. Le coût total sera rendu public. Il n'est pas encore connu. L'organisation des réunions ne devrait pas être très coûteuse, puisque les mairies, associations ou cafés pourront mettre les salles à disposition gratuitement.

Combien le site granddebat.fr a-t-il coûté aux finances publiques ? Qui a été chargé de le mettre en place ? (@anonyme)

Le site granddebat.fr a été confié à un prestataire (Cap Collectif), choisi par la CNDP. Je ne connais pas son coût, mais on le rendra public.

La lettre du président va-t-elle nous être envoyée par la poste ? Et si oui, combien cela coûtera-t-il aux finances publiques ? (@Antoine)

L'Elysée envisage-t-il sérieusement d'envoyer la lettre aux Français par courrier postal ? A quel coût ? N'est-ce pas superflu ? (@David B.)

C'est une question qu'on se pose. D'un côté, c'est un coût supplémentaire. Mais de l'autre, nous savons qu'il y a un risque qu'elle ne soit pas lue par tous les Français si on ne l'envoie pas sous format papier. Nous sommes en train de regarder.

La secrétaire d\'Etat auprès du ministre de la Transition écologique, Emmanuelle Wargon, répond aux questions des internautes de franceinfo, le 16 janvier 2019.
La secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Transition écologique, Emmanuelle Wargon, répond aux questions des internautes de franceinfo, le 16 janvier 2019. (CHRISTOPHE RUISSEL / FRANCE TELEVISIONS)

Que pensez-vous du fait que Chantal Jouanno ait choisi de ne plus animer le débat, mais de rester présidente de la CNDP ? (@anonyme)

Ne trouvez-vous pas que Chantal Jouanno doit "être démissionnée", et ne trouvez-vous pas que le fait que cela soit impossible est "un privilège indû de la caste dirigeante" ? (@anonyme)

Que pensez-vous du fait que Chantal Jouanno ait choisi de ne plus animer le débat, mais de rester présidente de la CNDP ? (@anonyme)

Chantal Jouanno est à la tête d'une autorité administrative indépendante avec un mandat de cinq ans qui a commencé début 2018. Cette autorité organise des débats en général plutôt locaux sur des sujets ciblés. La décision lui appartient.

Est-ce que monsieur Macron a prévu de rencontrer les "gilets jaunes" ? (@anonyme)

Il rencontre régulièrement et continuera à rencontrer des Français, qui peuvent être "gilets jaunes" ou pas, ou soutenir le mouvement.

La parole des jeunes sera-t-elle prise en compte ? Des débats pourront-ils être menés dans les lycées et les universités ? (@Galéria)

Oui, si les lycéens ou les étudiants le souhaitent, il sera possible d'organiser des débats en accord avec les établissements.

Bonjour, si notre maire ne met pas à disposition de cahiers en mairie, faut-il se tourner vers internet ? Merci (@juri)

Dans ce cas, la solution la plus simple reste de poster une contribution sur internet ou de prendre l'initiative d'organiser une réunion.

Quand connaîtrons-nous les cinq garants ? (@anonyme)

Nous les connaîtrons vendredi.

Bonsoir, comment le gouvernement réagirait-il si plusieurs actes de violence (un samedi, durant une manifestation des "gilets jaunes" comme il y a pu y avoir au début) était commis pendant la période du grand débat national ? (Plus grande fermeté, fin du grand débat national...) (@anonyme)

Depuis le début du mouvement des "gilets jaunes", le gouvernement condamne fermement toutes les violences qui ont eu lieu en marge des manifestations, que ce soit en période de grand débat ou pas.

Bonsoir, par rapport à la Cnil et aux contributions, vous gardez une identification des citoyens ? (@Nicolas)

On demande une identification avec une adresse mail. Le délégué à la protection des données des services du Premier ministre est en charge du respect de toutes les réglementations liées à la protection des données.

Comment seront analysées les réponses ouvertes des questions du débat ? Tout sera-t-il lu et répertorié ? (@anonyme)

Quel sera le traitement des revendications suite aux débats ? (@Azerty)

On s'engage à ce que tout soit lu et répertorié. Les modalités vont être soumises aux garants à partir de vendredi.

Le grand débat pourra-t-il déboucher sur une sorte de questionnaire/référendum, où tous les Français pouvant voter pourront voter justement ? (@anonyme)

Le président et le gouvernement se sont engagés à répondre aux propositions issues du grand débat pour que ces réponses puissent fonder l'acte 2 du quinquennat. Sur le référendum, il est lui-même soumis au débat. On répondra à l'issue.

Comment seront évaluées les propositions et les demandes de ce grand débat au final ? Qui va dire "OK", "pas OK", "pas faisable"... ? (@anonyme)

Le débat est un processus en plusieurs étapes. Avec Sébastien Lecornu, nous sommes en charge de la mobilisation. Les garants nous aideront à ce que la restitution soit la plus fiable et exhaustive avec les propositions émergentes du débat. Ensuite, ce sera un choix politique du gouvernement et du Parlement avec toutes les parties prenantes pour prendre des décisions sur toutes ces propositions.

Comment peut-on être certains que les conclusions de chaque débat refléteront réellement ce qui s'est dit, et comment et par qui seront-elles transmises au gouvernement ? (@anonyme)

Les conclusions de chaque débat seront postées sur la plateforme et mises en ligne. Je suis sûre que les participants pourront solliciter l'équipe du grand débat s'ils considèrent que le compte rendu n'est pas fidèle à la réunion.

Bonjour Madame Wargon, et merci à France Info et vous-même pour ce live. Dans sa lettre aux Françai-se-s, Emmanuel Macron a indiqué qu'il rendra compte des conclusions du débat le mois suivant sa fin. Les sujets du grand débat sont vastes et complexes : comment le gouvernement pourra-t-il tirer les conclusions du débat en seulement un mois ? Comment vous assurerez-vous que les conclusions du débat seront prises en compte à long terme par le gouvernement / le Parlement ? (@Marine)

C'est un vrai défi. Nous allons le relever.

Aujourd'hui est le temps de la discussion avec le grand débat. Quand comptez-vous mettre en œuvre les propositions ? (Concrètement, je veux une date, pas de réponse "Dès que possible"...) (@anonyme)

On rendra compte du contenu du débat dans le mois qui suit la fin du débat (entre le 15 mars et le 15 avril). Après, le délai de mise en œuvre des décisions dépend du contenu des décisions !

L’expérience pourra-t-elle se renouveler au niveau d’une réforme ? (@anonyme)

Avec ce processus inédit, nous essayons d'inventer une nouvelle forme de démocratie. Si elle marche, pourquoi pas !