Manifestation des "gilets jaunes" : le point sur la mobilisation en France, région par région

Les "gilets jaunes" ont commencé samedi à se rassembler dans plusieurs villes, trois jours après la censure de l'article clé de la loi anticasseurs qui prévoyait des interdictions administratives de manifester. 

Des manifestants devant la cathédrale de Rouen, le 6 avril 2019.
Des manifestants devant la cathédrale de Rouen, le 6 avril 2019. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

Les "gilets jaunes" se mobilisent une nouvelle fois samedi 6 avril dans toute la France, notamment à Paris, Rouen, Caen, Cagnes-sur-Mer et Pérignat-lès-Sarliève, selon franceinfo et le réseau France Bleu.

>> DIRECT. Photos, vidéos, déclarations, réactions... Suivez la nouvelle mobilisation des "gilets jaunes"

Auvergne-Rhône-Alpes

Dans le Puy-de-Dôme, des dizaines de "gilets jaunes" font un barbecue sur le rond-point de Pérignat-lès-Sarliève, selon France Bleu Pays d'Auvergne.

À Saint-Etienne, 270 "gilets jaunes" selon la police ont organisé un sit-in devant la préfecture, a constaté France Bleu Saint-Etienne Loire

Bourgogne-Franche-Comté

À Dijon, 7 personnes ont été placées en garde à vue, et 5 policiers ont été blessés, après des "violences graves et répétées" que déplore le préfet de la Côte d'Or : "Sur le rond-point à proximité d’Ikea, les forces de l’ordre ont été victimes de jets de projectiles et ont dû recourir une première fois à un usage de la force nécessaire et proportionné", a indiqué la préfecture. "Plus tard, une tentative d’intrusion à l’hôtel de ville de Dijon a été repoussée. Le Palais des Ducs a été tagué."

Elle a aussi indiqué qu'en fin de manifestation, "une centaine de manifestants ont refusé de se disperser et ont continué à harceler les forces de l’ordre", avec notamment des tirs de mortiers à hauteur d’homme et des jets de pavés. Une violence "contraignant" les forces de l'ordre à faire usage de gaz lacrymogène. Le préfet a en outre pointé d'autres dégradations sur deux abribus, une banque et la grille du parking d'Ikea.

Pays de la Loire

A Nantes, 1 300 personnes ont défilé au plus fort de la manifestation lors de ce nouveau samedi de mobilisation des "gilets jaunes", a indiqué la police nationale de la Loire-Atlantique sur son compte Twitter. La police a également fait savoir que 23 individus avaient été interpellés, et un policier blessé aux côtes à la suite d'un jet de pavé. 

Grand-Est

À Forbach, en Moselle, les "gilets jaunes" ont franchi la frontière avec l’Allemagne, a constaté France Bleu Lorraine Nord. Une cinquantaine de ressortissants allemands se sont joint au cortège qui comporte plus de 1 000 personnes, selon les organisateurs. La préfecture de la Moselle avait pourtant pris hier soir un arrêté pour interdire cette manifestation régionale des "gilets jaunes".

Île-de-France

À Paris à 14h, ils étaient plus nombreux que la semaine passée selon les chiffres communiqués par le ministère de l'Intérieur : 3 100 contre 1 800 le 30 mars. Deux cortèges se sont élancés : le premier reliait la place de la République au quartier d’affaires de La Défense à Nanterre (Hauts-de-Seine), le second allait de la gare Montparnasse à La Villette. 28 personnes avaient été interpellées à 16h30 selon la préfecture de police, 10 278 contrôles préventifs effectués et 7 verbalisations dans le périmètre interdit.

L'un des leaders du mouvement, Éric Drouet, a lui été verbalisé pour présence dans un périmètre interdit aux manifestations, à proximité des Champs-Élysées, selon l'avocat d'Eric Drouet. Une amende qui sera "contestée", affirme maître Khéops Lara, qui dénonce une "opération de communication de la préfecture de police et du ministère de l’Intérieur."

Normandie

Environ 400 "gilets jaunes" manifestent dans le centre-ville de Rouen en Seine-Maritime selon France Bleu Normandie..

À Caen dans le Calvados, les forces de l’ordre bloquent plusieurs ponts pour empêcher les "gilets jaunes" de rentrer dans le centre-ville. De nombreux manifestants ne portent pas leur gilet fluo.

Nouvelle-Aquitaine

À Bordeaux, la manifestation se déroule dans le calme, selon France Bleu Gironde, sans affrontements avec les forces de l’ordre. Des enseignants ont rejoint le cortège de "gilets jaunes".

Provence-Alpes-Côte d'Azur

France Bleu Azur rapporte que plusieurs dizaines de "gilets jaunes" sont rassemblés sur le rond-point de la "Ruche" à Cagnes-sur-mer dans les Alpes-Maritimes.

Occitanie

De vives tensions ont éclaté entre les "gilets jaunes" et les forces de l'ordre au niveau du péage du Boulou dans les Pyrénées Orientales, rapporte France Bleu Roussillon. Les manifestants souhaitaient investir l'A9. Les gendarmes mobiles ont barricadé le péage à l'aide de véhicules blindés et d'une barrière anti-émeute.

Les 200 manifestants, venus de Perpignan mais aussi de Marseille, Montpellier ou encore Toulouse, se sont repliés sur un rond-point proche. Ils ont commencé à le détruire et à jeter des pierres sur les forces de l'ordre, a constaté la reporter de France Bleu, qui rapporte aussi que plusieurs "gilets jaunes" ont été légèrement blessés. Les gendarmes ont répliqué par des tirs de gaz lacrymogène.

50 manifestants étaient "hostiles et violents", rapportent les gendarmes joints par franceinfo. Quatre gendarmes ont été légèrement blessés suite à la suite de jets de projectiles lourds. Des objets incendiaires ont également ciblé les véhicules de gendarmeries, et un individu a été interpellé pour faits de violences aggravées et rébellion.