"Je regarde tous les soirs les vidéos de 'Fly Rider'" : Mounir Mahjoubi, le "ministre d'internet" qui tchate avec les "gilets jaunes"

Franceinfo a rencontré le secrétaire d'Etat au Numérique, dont la communication tranche par rapport à ses collègues du gouvernement. Ce proche d'Emmanuel Macron dit partager avec les manifestants "le sentiment d'humiliation et l'impression de subir".

Le secrétaire d\'Etat au Numérique, Mounir Mahjoubi, rencontre des \"gilets jaunes\" à Fréjus (Var), le 11 janvier 2019.
Le secrétaire d'Etat au Numérique, Mounir Mahjoubi, rencontre des "gilets jaunes" à Fréjus (Var), le 11 janvier 2019. (MAXPPP)

"Deux à trois heures." Chaque nuit, Mounir Mahjoubi passe une partie de son temps à écumer les groupes Facebook des "gilets jaunes", à regarder leurs lives et à tchater avec une bande de copains "passionnés par le sujet". Confortablement installé dans son bureau à Bercy, la cravate dénouée, "le ministre d'internet", comme il se surnomme, est détendu en ce mercredi 16 janvier. "Est-ce que vous m'autorisez à manger devant vous ? Je n'ai toujours pas pu déjeuner", lance-t-il. Son sandwich commandé, le secrétaire d'Etat au Numérique, qui court partout et enchaîne les plateaux télé depuis le début de la crise, se souvient des débuts du mouvement.

Aussi connecté qu'il soit, Mounir Mahjoubi le confesse sans problème : "Il ne faut pas croire que je suis le plus grand génie du monde et que le 8 novembre, j'avais tout compris." Il raconte avoir découvert la vidéo virale de Jacline Mouraud sans "trop saisir qui elle est" et vu passer la pétition de Priscillia Ludosky. "Vraiment, je n'y comprenais rien", se rappelle-t-il. Puis, il regarde à la mi-novembre une vidéo de Steven Lebee, "gilet jaune" de la première heure et proche des figures du mouvement. "C'est sa vidéo qui commence à me faire prendre conscience que c'est très sérieux", se remémore-t-il.

"Bonjour, je suis Mounir Mahjoubi"

À partir de ce moment-là, l'élu du 19e arrondissement de Paris explique qu'il "regarde tous les soirs les vidéos de 'Fly Rider'"Maxime Nicolle de son vrai nom. C'est avec ce leader du mouvement qu'il va nouer une relation par messages interposés. Alors que certains de ses collègues au gouvernement insistent sur les condamnations des violences, lui leur conjure de ne pas oublier "le dialogue" et prône "l'écoute inconditionnelle".

Une approche qu'il met en pratique dans ses interviews mais aussi sur les réseaux sociaux, son terrain de prédilection. Le 9 décembre, Mounir Mahjoubi passe à l'action. Lors d'un live Facebook de Maxime Nicolle, il écrit depuis son compte personnel : "Bonjour, je suis Mounir Mahjoubi, le secrétaire d'Etat au Numérique, accepteriez-vous qu'on discute un de ces jours ? Sachez que je suis dispo pour qu'on échange." 

Je voulais créer un lien : il parle tous les soirs à 400 000 personnes.Mounir Mahjoubià franceinfo

Pourquoi ne pas lui avoir envoyé un message en privé ? "Parce que l'état d'esprit 'gilet jaune', c'est de faire tout en transparence", réplique-t-il du tac au tac.

"Fly Rider" ne répond pas tout de suite, mais quelques jours plus tard, le 14 décembre, il écrit au secrétaire d'Etat au Numérique sur Messenger, la messagerie de Facebook : "Je crois que vous avez essayé de me contacter". Depuis, les deux hommes ont échangé une cinquantaine de messages et se sont appelés trois ou quatre fois, selon Maxime Nicolle. "D'abord, je l'engueule sur tous nos désaccords, lui fait de même, puis on parle des violences, du grand débat et des solutions pour s'en sortir. C'est à peu près la structure de tous nos échanges et appels", confie Mounir Mahjoubi. "Il essaye d'expliquer la position du gouvernement que je connais déjà", soutient de son côté Maxime Nicolle.

C'est le seul du gouvernement avec qui j'échange. Il me pose des questions sur ce qu'on prévoit, mais pour ça il n'a pas de réponse. Je lui explique que c'est un mouvement qui ne s'arrêtera pas tant que le gouvernement ne changera pas sa politique.Maxime Nicolleà franceinfo

Vis-ma-vie avec une "gilet jaune"

Si Maxime Nicolle est également la seule figure du mouvement avec qui parle Mounir Mahjoubi, le ministre entretient d'autres liens avec plusieurs "gilets jaunes". "Il y a eu un changement radical dans ma vie après mon passage chez Cyril Hanouna, le 8 décembre", raconte le secrétaire d'Etat au Numérique. Ce jour-là, Mounir Mahjoubi fait face à une cinquantaine de "gilets jaunes" pendant plus de quatre heures sur le plateau de l'émission "Balance Ton Post !". Depuis, il assure avoir gardé le contact avec une dizaine d'entre eux.

Céline y occupe une place toute particulière. Cette assistante de vie à domicile de 48 ans lui a proposé en direct d'aller passer du temps avec elle à Fréjus (Var). "Je pense que ces gens-là doivent sortir un petit peu de leur univers et venir voir le peuple", lui lance-t-elle sur plateau de C8. "Ça m'est sorti comme ça, c'était instinctif de lui proposer", en rit-elle aujourd'hui. Le 11 janvier, Mounir Mahjoubi s'est donc rendu chez elle tandis qu'elle ira à Bercy le 24.

Le secrétaire d\'Etat au numérique, Mounir Mahjoubi, passe une journée avec Céline, assistante de vie à domicile et \"gilet jaune\". 
Le secrétaire d'Etat au numérique, Mounir Mahjoubi, passe une journée avec Céline, assistante de vie à domicile et "gilet jaune".  (MAXPPP)

En tout cas, ce passage chez Hanouna a fait exploser sa notoriété auprès des "gilets jaunes". Mounir Mahjoubi a reçu 1 000 messages sur Messenger, "dont une grande majorité de gens qui veulent entrer en contact". Débordé, le secrétaire d'Etat dit ne pas pouvoir répondre à tout le monde mais promet de tous les lire.

"C'est un grand geek, il est hyperconnecté"

Ses proches ne sont pas étonnés de son intérêt très prononcé pour le mouvement. D'abord, parce que la mobilisation s'est faite sur les réseaux sociaux, son univers. "C'est un grand geek, il est hyperconnecté", décrit Delphine O, sa suppléante, députée du 19e arrondissement de Paris. "Ce que je suis intrinsèquement, c'est un mec qui tchate la nuit avec des inconnus, des gens connus et qui a des amis virtuels", abonde le secrétaire d'Etat au Numérique. Pour Benjamin Baudry, directeur de sa campagne pendant les législatives, le jeune ministre a été "un précurseur".

Il a vu les 'gilets jaunes' avant les autres sur les réseaux sociaux.Benjamin Baudryà franceinfo

Le mouvement touche aussi personnellement Mounir Mahjoubi. "Je me suis rendu compte qu'il y avait un truc très fort qui me liait à eux, dit-il. C'est le sentiment d'humiliation et l'impression de subir." Pour cet élu des quartiers populaires dont le père était peintre en bâtiment et la mère femme de ménage, le mouvement "résonne" en lui. "Même si tous les 'gilets jaunes' ne sont pas issus de la classe populaire, il l'a ressenti comme un mouvement de gens qui n'avaient pas le droit à la parole comme ce qui s'était passé pour sa famille", explique Benjamin Baudry. Même écho du côté de Thibault Gouache, référent de La République en marche dans le 19e arrondissement de Paris.

Mounir, le combat de sa vie, c'est de donner une voix à ceux qui n'en ont pas. Dans son parcours, il doit lutter contre des préjugés, son milieu très modeste, ses parents immigrés marocains, son homosexualité.Thibault Gouacheà franceinfo

Ses origines sociales favorisent-elles un rapprochement avec "les gilets jaunes" ? Maxime Nicolle est partagé. "Oui, car il doit comprendre ce que c'est de vivre dans la misère, et non, parce qu'il s'est tellement battu pour avoir sa place qu'il n'a pas envie de la perdre", juge-t-il. Il n'empêche que c'est un mouvement "qui travaille" et "touche beaucoup" le ministre, assure Benjamin Baudry. "Mounir pense qu'il y a un vrai besoin d'écouter", souligne-t-il.

"Sa tribune était pathétique" 

A contre-pied du reste du gouvernement et de la majorité, le secrétaire d'Etat au Numérique a ainsi publié une tribune dans Le Monde appelant son camp à "s'élever à la hauteur des Français". Une prise de position accueillie plutôt fraîchement à l'Elysée. "Le président de la République ne s'associe pas à cette (...) initiative totalement personnelle", fait savoir l'entourage d'Emmanuel Macron quelques jours plus tard, toujours dans les colonnes du Monde.

Certains collègues de Mounir Majhoubi vont même plus loin. "Sa tribune était pathétique sur le fond. Tous les ministres rencontrent des 'gilets jaunes'. Mais moi, je fais le tri. Il a perdu pied ! Il veut faire 'Vis-ma-vie' de 'gilet jaune' ? Qu'il vive d'abord sa vie de secrétaire d'Etat à Bercy !" s'est agacé l'un deux, selon France Inter. Mounir Mahjoubi assure, lui, n'avoir eu aucun retour sur le sujet.

Personne ne m'a dit que ça les agaçait, personne ne m'a demandé d'arrêter.Mounir Mahjoubià franceinfo

"Il est un peu plus caressant, plus à l'écoute que certains autres membres du gouvernement" avec les 'gilets jaunes'", estime son ancien directeur de campagne. Mais, est-ce que ça marche ? Les "gilets jaunes" regardent-ils d'un œil plus favorable ce ministre ultra-connecté ? Céline, la Fréjusienne, est ressortie complètement conquise de sa rencontre avec Mounir Mahjoubi.

Il a vraiment joué le jeu, il a pris conscience de mes difficultés.Célineà franceinfo

Et la quadragénaire de balayer d'un revers de main une éventuelle participation à une opération de communication. "Si ça avait été de la com', on m'aurait imposé des médias. Mais, j'ai eu carte blanche et il n'a posé aucune condition. C'est vraiment formidable !" salue-t-elle.

Un ministre qui ne pèse pas assez ?

D'autres "gilets jaunes" sont bien plus sceptiques et critiques. "La méfiance envers ce gouvernement est trop grande. Je ne sais pas si c'est fait par intérêt personnel ou dans l'intérêt du peuple ?" s'interroge un "gilet jaune" historique, qui souhaite rester anonyme. De son côté, Maxime Nicolle reconnaît que Mounir Mahjoubi est "plus dans le dialogue" que d'autres membres du gouvernement. Avec un écueil.

Les discussions avec lui ne donnent rien de concret. Il ne doit pas avoir de poids.Maxime Nicolleà franceinfo

Souhaiterait-il qu'il ait davantage de poids politique ? "Même si c'était le cas, on ne lui ferait pas confiance car c'est un politique", coupe-t-il court. Pourquoi continuer à lui parler alors ? "Ça me permet d'avoir un pied dans l'Elysée, avance-t-il. Sur 100 trucs que je lui dis, il y en a peut-être un qu'il répète." À en croire Mounir Mahjoubi, celui-ci fait bien part de ses conversations avec Maxime Nicolle mais aussi de ce qu'il lit sur Facebook à "tous les membres du gouvernement intéressés par le sujet". "Après ils écoutent ou ils n'écoutent pas", conclut-il.