Le secrétaire d'État Mounir Mahjoubi appelle "tous les Français" à participer au grand débat

Mounir Mahjoubi, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances et du ministre de l’Action et des Comptes publics, chargé du numérique, estime que les "gilets jaunes" sont une chance.

Mounir Mahjoubi, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances et du ministre de l’Action et des Comptes publics, chargé du numérique, a appelé vendredi 4 janvier sur franceinfo "tous les Français" à participer au grand débat "pour que la France ressorte plus forte". "Ce que nous disons aux 'gilets jaunes' et à la majorité, c'est le moment que tous les Français, ceux qui soutiennent LREM, ceux qui ne la soutiennent pas, ceux qui soutiennent ou pas le président, ceux qui ont bloqué, mais ont arrêté de le faire, ceux qui ont mis le gilet, ceux qui ne l'ont pas mis, c'est le moment de discuter de tous les sujets.

Pour que cela fonctionne, pour que la France ressorte plus forte, il faudra que tout le monde vienne.Mounir Mahjoubià franceinfo

Le secrétaire d'État a publié le 1er janvier dans Le Monde une tribune dans laquelle il estime que le mouvement des "gilets jaunes" est une "chance" pour la France : "Il s'est passé des choses qu'on n'avait jamais vues avant. Des personnes qu'on n'avait jamais entendues se sont mises à parler", a-t-il souligné. Mounir Mahjoubi ne veut pas retenir "les blocages, les violences, les insultes. Ceux-là, je les condamne. On ne peut pas bloquer la France, détruire la France, casser la France", a- t-il affirmé. "Il y a un cri qui est porté sur deux questions qui sont assez simples : la justice sociale et la justice fiscale et de l'autre côté, une profonde envie de participer au jeu démocratique", a-t-il assuré. "J'appelle notre majorité à ne pas caricaturer tous les 'gilets jaunes'. Il faut condamner les violences très fortement. On a un devoir d'écoute, d'entendre et d'aller vers toute l'ambition nécessaire dans ce grand débat national pour les écouter", a-t-il ajouté.

Manifester est un "droit", bloquer est "intolérable"

Mounir Mahjoubi condamne la radicalité du mouvement : "La violence c'est intolérable. Le fait d'empêcher les Français de circuler, c'est intolérable (...) Il faut empêcher les blocages. Ceux qui veulent se réunir sur les ronds-points ou à côté qu'ils le fassent. On est en France, on est dans un beau pays où on a le droit de manifester", a-t-il rappelé. 

L'arrestation d'Éric Drouet, le leader de la ligne dure du mouvement des "gilets jaunes" semble avoir suscité un regain de mobilisation. Un appel à un acte 8 pour demain samedi a été lancé sur les réseaux sociaux : "Il est essentiel de reconnaître que des voix ont émergé (...) Quelles sont les voix qui m'ont fait pleurer, qui m'ont ému ?" Pas Éric Drouet, semble-t-il. "Ce sont les voix de mamans célibataires qui vivent avec leurs deux enfants, qui décident de mettre leur job entre parenthèses pour aller manifester pour faire entendre leur voix. Jamais je n'aurai imaginé qu'un jour elles iraient dire, je veux être entendu", a-t-il déclaré. L'arrestation de cette figure des "gilets jaunes" est-elle une erreur ? "Ce monsieur Éric Drouet déclare : 'on va choquer les Français ce soir'. Vous faites quoi quand vous protégez les Français ?, interroge-t-il. Il a été arrêté pendant une manifestation illégale qui était organisée. Je ne veux pas qu'on polémique", dit-il.