"Gilets jaunes" : pourquoi le 23e samedi de mobilisation s'annonce tendu

Les "gilets jaunes" entendent faire de ce samedi un moment fort après la fin du grand débat national et l'absence, selon eux, de réponses du gouvernement à leurs revendications.

Un manifestant \"gilet jaune\" lors du 22e samedi de mobilisation à Paris, le 13 avril 2019.
Un manifestant "gilet jaune" lors du 22e samedi de mobilisation à Paris, le 13 avril 2019. (AMAURY CORNU / HANS LUCAS / AFP)

Les gilets jaunes ont promis depuis plus de trois semaines une mobilisation exceptionnelle pour le samedi 20 avril, à l'issue du grand débat national. Et la valse-hésitation autour des annonces d'Emmanuel Macron, dont l'allocution a finalement été annulée lundi à cause de l'incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris, n'y a rien changé. Sur Facebook, les appels à se rendre dans la capitale pour ce 23e samedi consécutif de manifestation se multiplient, parfois sur un ton menaçant. Franceinfo détaille les raisons qui laissent craindre que cette journée soit le théâtre de fortes tensions.

Parce qu'Eric Drouet a conseillé au gouvernement "d'organiser la sécurité"

Dès le 28 mars, Eric Drouet, une des figures des "gilets jaunes", appelait à une mobilisation significative le 20 avril, à l'issue du grand débat. Et dans une vidéo diffusée ce jour-là sur YouTube, il demandait d'emblée au président de la République et au ministre de l'Intérieur d'"organiser la sécurité", comme s'il prévoyait déjà des incidents.

Monsieur Macron, monsieur Castaner, c'est le 20 avril que la France remonte ou redescend à Paris, prévenait-il. Donc organisez-vous comme vous voulez, mais tout simplement ne faites pas passer les 'gilets jaunes' pour des cons. Organisez-vous, c’est votre métier de faire le maintien de l’ordre (...) Vous avez la date, vous avez le lieu, ce sera Paris. Comme d'habitude, les Champs-Elysées ou à proximité (...) Cette fois-ci, essayez d'éviter de remettre la faute sur les 'gilets jaunes' [comme] le 16 mars".  

Dans cette même vidéo, il lançait aussi un "ultimatum" au gouvernement : "Vous avez trois semaines pour vous organiser pour la sécurité et trois semaines pour répondre à nos demandes (...) : plus de démocratie, plus de pouvoir d'achat, mieux vivre, le RIC [référendum d'initiative citoyenne]".

Parce que des groupes appellent à se rendre à Paris "de manière non pacifique"

Dans la foulée, la mobilisation a pris sur Facebook des accents parfois menaçants, notamment ces derniers jours. Jeudi en milieu de journée, le groupe "Acte 23, Ultimatum 2. Appel National Et International Tous A Paris !!!"  comptait déjà 5 500 participants et 18 000 intéressés. Le ton y était explicite : "Nous appelons tout nos citoyens à se rendre à Paris de manière non pacifique et jaune..." Les énormes dons des milliardaires pour restaurer Notre-Dame ont ravivé la contestation et le sentiment d'injustice, estiment les auteurs de cet appel : "Quant à "Notre Dame', c'est bon les milliardaires ont su trouver 1 milliard [d'euros], mais 140 000 sdf, tout le monde s'en fout!" 

L\'appel du groupe \"Acte 23 ultimatum 2 à manifester\"
L'appel du groupe "Acte 23 ultimatum 2 à manifester" (CAPTURE ECRAN FACEBOOK)

Au même moment, le groupe "Acte 23 : Paris Ultimatum Et Révolte Du Peuple !" réunissait, lui, 1 400 participants et 5 400 intéressés. "Appel national et international [à manifester] !", est-il spécifié.

Capture d\'écran de l\'événement Facebook \"Acte 23 : Paris Ultimatum et révolte du peuple\"
Capture d'écran de l'événement Facebook "Acte 23 : Paris Ultimatum et révolte du peuple" (CAPTURE ECRAN FACEBOOK)

Même tonalité du côté du groupe "Acte 23 Ultimatum 2 : RDV A L'elysee !", dont les consignes sont les suivantes : "Le premier rdv sera sur les champs elysee et terminera a l'elysee, il ne faut PAS nous séparer !" Une façon de braver les interdictions puisque les Champs-Elysées seront à nouveau interdits aux manifestants, comme ce fut le cas samedi dernier. Quant à manifester aux abords de l'Elysée, c'est tout bonnement interdit depuis le début du mouvement des "gilets jaunes". Il sera également interdit de manifester près d'institutions comme l'Assemblée nationale ou le Sénat, mais aussi dans toute l'île de la Cité, où se trouve Notre-Dame.

Parce que les autorités sont en alerte

A l'issue de la 22e journée de mobilisation du 13 avril, le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, avait prévenu : "La menace semble plus forte pour le 20 avril". Il a ensuite évoqué des "appels qui invitent quasiment à détruire Paris". Il a de nouveau affirmé vendredi s'attendre à la présence de manifestants violents : "Les casseurs seront à nouveau au rendez-vous. (...) L'objectif des casseurs est clair : reproduire le 16 mars [journée de mobilisation particulièrement violente]".

Le préfet de Paris, Didier Lallement, a de son côté annoncé vendredi qu’une seule manifestation "au titre des gilets jaunes" avait été autorisée, celle qui partira de la Basilique Saint-Denis et se terminera à la faculté de Jussieu. En revanche, deux autres manifestations "problématiques", qui devaient s’achever sur les Champs-Elysées ou emprunter les quais près de Notre-Dame ont été interdites. Le préfet a demandé aux organisateurs de modifier leur parcours. Il a également affirmé que les forces déployées, à "l’extrême mobilité", interviendraient immédiatement dès qu’il y aura de "la casse" et que "les attroupements délictuels" seront dispersés.

Parce que les forces de l'ordre seront fortement mobilisées

Un syndicaliste policier a confirmé jeudi à franceinfo que la situation s'annonce "compliquée". En conséquence, la mobilisation policière s'annonce exceptionnelle. Le ministre de l’Intérieur a annoncé que "60 000 policiers" seraient déployés dans toute la France samedi pour maintenir l’odre. A Paris, 20 compagnies de CRS et 36 escadrons de gendarmerie mobile seront mobilisés, soit 56 compagnies de forces mobiles, contre seulement 12 samedi dernier. Au total, quelque 5 000 policiers et gendarmes seront déployés dans la capitale, sans compter les effectifs de la préfecture de Paris. Un niveau de mobilisation comparable à celui des week-ends les plus virulents, tout en sachant que le ministère de l'Intérieur a prévu des réserves d'hommes disponibles au cas où la situation s'aggraverait.

En région, plusieurs préfectures ont déjà pris les mêmes arrêtés que les samedis précédents. A Toulouse, du vendredi 19 avril à 18h jusqu'au dimanche 21 avril à 6h du matin, l'achat de "tout carburant par jerricans (...) ou récipients divers" sera interdit, ainsi que "le port et le transport, sans motif légitime, d'armes de chasse" ou encore "le transport et l'utilisation de produits dangereux, inflammables ou chimiques".

A Bordeaux, comme c'est déjà le cas depuis plusieurs semaines, l'hyper-centre sera interdit aux manifestants (le détail des rues est donné ici). A Montpellier, les mesures de samedi dernier seront encore une fois reconduites, indique la préfecture, et notamment l'achat et transport au détail de carburant, de produits dangereux, et la consommation de boissons alcoolisées sur les lieux des manifestations.