"Gilets jaunes" : Matignon admet des "dysfonctionnements" après le saccage des Champs-Elysées

Edouard Philippe doit faire des "propositions d'adaptation" à Emmanuel Macron lundi matin.

Des manifestants lors de la mobilisation des \"gilets jaunes\" sur les Champs-Elysées le 16 mars 2019.
Des manifestants lors de la mobilisation des "gilets jaunes" sur les Champs-Elysées le 16 mars 2019. (ALAIN JOCARD / AFP)

Ereinté par l'opposition, l'exécutif a reconnu, dimanche 17 mars, des "dysfonctionnements" dans le dispositif de sécurité déployé à Paris pour le 18e samedi de manifestation des "gilets jaunes" qui s'est soldé par le saccage de dizaines de commerces sur les Champs-Elysées. Un nouveau pic de violence qui renvoie à un niveau de tensions connu en décembre, avant le "grand débat" lancé pour calmer la crise des "gilets jaunes".

"Renforcer la doctrine d'emploi des forces de l'ordre"

Le Premier ministre a identifié des "insuffisances" du maintien de l'ordre "dans son exécution" qui n'ont pas permis d'éviter le saccage d'une partie des Champs-Elysées, vitrine de la France à l'étranger, a dit Matignon. Une déclaration faite à l'issue d'une réunion convoquée en urgence, en présence des ministres de l'Intérieur Christophe Castaner et de la Justice Nicole Belloubet, ainsi que du secrétaire d'Etat Laurent Nunez.

En réaction, Edouard Philippe "fera ses propositions d'adaptation au président de la République demain à 11h30 pour renforcer la doctrine d'emploi des forces de l'ordre et s'assurer à tout moment de la fermeté de son exécution", a indiqué Matignon. Il "rendra publiques ces mesures rapidement", a par la suite précisé Matignon dans un communiqué.