Vacances : face à la forte demande des locations de voitures, les professionnels conseillent de "réserver le plus tôt possible, quitte à annuler"

Comme en 2021, des agences de location ne peuvent pas faire face à la forte demande des clients français. Elles n'ont plus de véhicules disponibles dans les destinations les plus touristiques, notamment en bord de mer. Conséquence : la facture flambe.

Article rédigé par
Thomas Giraudeau - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Le parking de la société de location bordelaise LocaMalin va être vide une partie de l'été. Toutes les voitures du parc ont déjà été réservées pour juillet et août. (THOMAS GIRAUDEAU / RADIOFRANCE)

Ce n'est pas un phénomène nouveau, mais les prix s'envolent toujours autant. Laëtitia se rend depuis 2015 en Corse. Pour la première fois, fin juin, elle part avec son compagnon, ses parents et ses beaux-parents. Ils ont décidé de ne pas louer de voiture par les agences traditionnelles.

"En s'y prenant au mois de janvier, on se retrouve avec un prix multiplié par 1,5 par rapport à 2021. J'avais payé 600 euros il y a deux ans, 900 euros l'année dernière, là on était à 1 300, 1 400 euros pour 2 semaines, auprès de la même agence de location." À sept voyageurs, ils doivent donc louer deux véhicules. Et la facture serait donc montée à près de 3 000 euros, "bien plus que la maison louée pour nos deux semaines de vacances."

Finalement, le compagnon de Laëtitia a réussi à trouver un bon plan, via un garage automobile, qui leur propose deux voitures 50% moins cher que par l'agence de location. "Pour mes parents et beaux-parents, financièrement, avec leurs retraites, cela aurait été impossible pour eux de venir sinon", explique-t-elle. La facture a plus que doublé en Corse par rapport à 2019, avant le Covid. Même explosion des prix, sur la même période, à Biarritz (+ 105%), Nice (+ 125%), Toulouse (+ 91%), selon le comparateur en ligne Carigami. 

Des voitures plus chères et moins de disponibilités

A l'aéroport de Bordeaux-Mérignac, où la hausse atteint 40%, Jean-Michel Reillat, PDG de la société Loca'Malin, assure avoir peu augmenté ses tarifs. Mais il a été obligé de le faire, pour "répercuter la hausse des prix des voitures à l’achat. Je veux des Citroën C4 avec des finitions moyenne gamme, mais comme le constructeur ne me fournit que des hauts de gamme, elles coûtent 4 à 5 000 euros plus chères". 

De plus, les prix montent forcément par le jeu du marché, surtout en plein été. Quand il y a le plus de demande, et pas assez d'offres. "En juillet et août, il n'y a plus de possibilité de louer des voitures, puisqu'elles sont toutes réservées. Les réservations ont commencé très tôt, dès le mois de février, avec 30 à 40% des voitures déjà louées pour l'été", assure ce patron, qui a commandé une cinquantaine de voitures supplémentaires, même si ce sera insuffisant face à la demande.

"Je crois que ça va être le cas pour tous les loueurs.On ne pourra pas faire face à l’afflux de touristes, c’est sûr !"

Jean-Michel Reillat

à franceinfo

Si les loueurs manquent de véhicules, c'est aussi parce qu'ils en ont massivement vendu pendant les confinements : environ 40% de leur flotte, pour sauver leur trésorerie. Et depuis, la crise des semi-conducteurs est passée par là. Les constructeurs produisent moins de véhicules, et les loueurs ne sont pas du tout les premiers servis. "Les voitures commandées par les loueurs sont en général très peu équipées, commandées en masse. Donc avec des ristournes. Et donc ça intéresse beaucoup moins les constructeurs automobiles de vendre aux loueurs professionnels. Ils préfèrent livrer en priorité les concessionnaires et les particuliers, qui payent plus cher", décrypte Pierre Feisthauer, du comparateur de location de voitures Carigami.

La voiture personnelle, malgré tout


En raison de cette pénurie de voitures, ne pensez pas trouver des bons plans en réservant à la dernière minute. Il y aura très peu d’offres à prix cassé. "Le seul conseil que l’on peut donner, c’est de réserver le plus tôt possible, quitte à annuler la réservation plus tard, glisse Pierre Feisthauer. Sinon, vous risquez de ne même pas trouver de voiture."

Une solution reste possible : se tourner vers les sites de location entre particuliers, moins chers. Ou presque. Clément, un locataire régulier, en région parisienne, doit revoir son budget à la hausse. "D'habitude, je loue plutôt aux alentours de 30-50 euros sur des modèles de base. Et là, c'est plutôt 70 euros la journée. Il faut vraiment rentabiliser la location quand elle coûte 70 euros. Je me pose davantage la question si j’en ai vraiment besoin ou pas."

La plateforme de location de voitures entre particuliers Ouicar, qui réalise environ un tiers de son chiffre d’affaires sur les périodes de vacances, constate une augmentation de 10 à 15% des prix proposés par les propriétaires cette année, par rapport à 2021. L'augmentation des tarifs est tellement énorme en Corse que cet été, des touristes choisissent, plutôt que de prendre l'avion, de traverser finalement toute la France avec leur propre voiture, et d'embarquer à bord d'un ferry. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Tourisme

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.