Retour des Britanniques dans les stations de ski : "Il y a un vrai manque à gagner quand les Anglais ne sont pas là"

Les touristes anglais vaccinés peuvent revenir en France sans motif impérieux depuis vendredi. Une bouffée d'air pour les stations de ski, qui ont souffert de l'absence des touristes britanniques explique Marlène Giacometti, directrice de l'office du tourisme des Ménuires et de Saint-Martin-de-Belleville en Savoie.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Une des pistes de la station de ski La Plagne, en Savoie. (JÉRÔME VAL / FRANCE INFO)

Depuis ce vendredi, les touristes britanniques vaccinés sont autorisés à revenir en France sans motif impérieux, et notamment dans les stations de ski. Un soulagement pour Marlène Giacometti, directrice de l'office du tourisme des Ménuires et de Saint-Martin-de-Belleville (Savoie), qui assure ce matin sur franceinfo qu’"il y a un vrai manque à gagner quand les Anglais ne sont pas là."

L’absence de touristes britanniques s’est surtout faite ressentir pendant les fêtes de fin d’année : "L’impact est vraiment énorme, on a subi cela de plein fouet à Noël", explique Marlène Giacometti. D’après elle, les touristes provenant du Royaume-Uni représentent un client sur trois à Saint-Martin-de-Belleville, et 10 % de la fréquentation aux Ménuires.

"On n'a pas réussi à compenser à 100%"

La présence des Anglais a été compensée par les Français, les Belges, les Néerlandais "mais on n’a pas réussi à compenser à 100 %, on a fait un Noël à Saint-Martin à moins 10 %, et à moins 20 % aux Ménuires", regrette la directrice des offices de tourisme.

Elle se réjouit cependant car "les réservations d’Anglais repartent à la hausse" depuis quelques jours. Elle donne l’exemple d’un hôtel de Saint-Martin-de-Belleville qui a enregistré jeudi un chiffre d’affaires de 18 000 euros, "dont 16 000 euros par des Britanniques. Les réservations de ces dernières heures étaient quasiment faites à 80 % par des Anglais."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Tourisme

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.