Réforme des retraites : quels sont les rendez-vous à venir cette semaine après l'annonce du retrait provisoire de l'âge pivot ?

L'intersyndicale CGT, FO, CFE-CGC, FSU, Solidaires, qui réclame le retrait du projet, appelle notamment à de nouvelles actions du mardi 14 au jeudi 16 janvier. 

Une affiche \"On lâche rien\" brandie par une manifestante lors du défilé contre la réforme des retraites, samedi 11 janvier à Paris.
Une affiche "On lâche rien" brandie par une manifestante lors du défilé contre la réforme des retraites, samedi 11 janvier à Paris. (SAMUEL BOIVIN / AFP)

Rebelote. Tandis que la grève contre la réforme des retraites entrera, lundi 13 janvier, dans son 40e jour, l'intersyndicale composée de la CGT, FO, la CFE-CGC et de la FSU réclame toujours le retrait pur et simple du projet. Et elle appelle à de nouvelles actions interprofessionnelles, du mardi 14 au jeudi 16 janvier.  Seules la CFDT, l'Unsa et la CFTC ont accueilli positivement l'annonce du gouvernement sur le retrait provisoire de l'âge pivot, instauré à partir de 2022 (et fixé à 64 ans en 2027). Le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez juge que "rien n'a changé" et la CFE-CGC dénonce "un piège cousu de fil blanc", estimant que le projet reste "tel qu'il a toujours été". Voici l'agenda social (chargé) de la semaine. 

Lundi 13 janvier

Désormais dans son 40e jour, la grève "reconductible" se poursuit dans les secteurs mobilisés et notamment à la RATP et à la SNCF. Lundi marque aussi, à l'appel de la CGT, le début d'une grève reconductible et bloquante dans des centres fiduciaires de la Banque de France. Cette grève pourrait perturber l'approvisionnement des distributeurs automatiques de billets.

Pendant ce temps, des négociations sur les retraites entre l'exécutif et les syndicats enseignants sont programmées au ministère de l'Education, rue de Grenelle. Elles débutent lundi et doivent se tenir toute la semaine. Les professeurs se voient comme les grands perdants de la réforme et le gouvernement leur a promis, pour compenser, des augmentations de salaire et l'intégration de leurs primes au calcul de leur pension.

Mardi 14 janvier

L'intersyndicale appelle à de nouvelles actions interprofessionnelles pendant trois jours contre la réforme. Le même jour, Muriel Pénicaud, la ministre du Travail, reçoit les partenaires sociaux sur le thème de la pénibilité et de l'emploi des seniors, comme elle l'a rappelé sur Twitter samedi 11 janvier. Dans ce message, elle évoque la possibilité d'un "compromis" sur la réforme des retraites avec la CFDT, l'Unsa et la CFTC, oubliant au passage de mentionner les autres organisations syndicales et patronales.

Le porte-parole du Medef Fabrice Le Saché lui ainsi répondu : "Madame la Ministre, les partenaires sociaux incluent également les organisations patronales qui représentent les entreprises (celles-ci payant par ailleurs 60% des cotisations."

Parallèlement, sur un autre front social, le Collectif inter hôpitaux (CIH) tiendra une conférence de presse. A cette occasion, "sera rendue publique la lettre de démission collective de leurs responsabilités signée par plus de 1 000 médecins hospitaliers, dont 600 chefs de service", explique le collectif. "Des médecins démissionnaires expliqueront les raisons de cette décision et ses conséquences ainsi que leurs demandes adressées à la ministre" de la Santé Agnès Buzyn.  

Mercredi 15 janvier

Deuxième jour de mobilisation contre la réforme des retraites à l'appel de l'intersyndicale, qui réclame le retrait du projet de système universel à points. A Paris, les organisations syndicales de la fonction publique (plus précisément CFE-CGC, CGT, FA, FO, FSU, Solidaires) appellent à un rassemblement devant le ministère des Finances à Paris. Les négociations sur les retraites des enseignants se poursuivent au ministère de l'Education.

Jeudi 16 janvier 

L'intersyndicale appelle à une nouvelle journée interprofessionnelle de grèves et de manifestations le 16 janvier, la sixième depuis le début du mouvement le 5 décembre. "Non seulement l'âge pivot n'est pas retiré, mais en plus le Premier ministre confirme sa détermination à reculer l'âge de départ à la retraite en refusant toute augmentation de cotisation sociale", ont écrit samedi les membres de l'intersyndicale dans un communiqué, après les annonces d'Edouard Philippe. Et l'intersyndicale d'appeler à "poursuivre les actions et la mobilisation le 15 et à faire du 16 une nouvelle journée de mobilisation interprofessionnelle massive".

La sélection de franceinfo sur la réforme des retraites

• Décryptage. Quels sont les rendez-vous à venir cette semaine après l'annonce du retrait provisoire de l'âge pivot ?

• Analyse. "Il faut savoir terminer une grève", une phrase de Maurice Thorez citée à tort et de travers

• Réaction. "Nécessaire, mais pas suffisant" pour la CFDT Cheminots qui appelle à être "bien mobilisés demain"

• Vrai ou Fake ? Tiphaine Auzière, la fille de Brigitte Macron, est-elle vraiment l'avocate de la CFDT ?