Réforme des retraites : "Il faut savoir terminer une grève", une phrase de Maurice Thorez citée à tort et de travers

Le Premier ministre Edouard Philippe a utilisé les mots de l'ancien chef de file du Parti communiste français, dimanche soir, sur le plateau de France 2. Il a aussi omis une partie de la citation d'origine.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Edouard Philippe, le Premier ministre, sur le plateau du journal de 20 heures de France 2, à Paris, le 12 janvier 2020. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

"Vous connaissez la phrase : 'Il faut savoir terminer une grève'." Dimanche 12 janvier, invité du journal de 20 heures de France 2 pour parler de la réforme des retraites et de la grève, le Premier ministre Edouard Philippe a utilisé cette formule pour appeler les grévistes "à la responsabilité". Franceinfo revient sur cette phrase souvent utilisée à tort et à travers, et souvent dans une forme tronquée.

>> Retrouvez les dernières informations sur la réforme des retraites dans notre direct

Qu'a vraiment dit Maurice Thorez ?

La "phrase" citée par le chef du gouvernement est en fait une citation de Maurice Thorez, leader du Parti communiste français dans les années 1930. Elle a été prononcée pour la première fois le 11 juin 1936, rappelle le HuffPost. Soit quatre jours après les accords de Matignon signés par le gouvernement du Front populaire de Léon Blum, la Confédération générale de la production française (CGPF) – l'ancêtre du Medef – et la CGT. Le texte est historique : il met en place les congés payés et la semaine de 40 heures de travail. Maurice Thorez tient alors un discours, à Paris, pour demander aux ouvriers de reprendre le travail. La citation complète est notamment trouvable dans le livre Le Front populaire : Que sais-je ?

Il faut savoir terminer une grève dès que la satisfaction a été obtenue. Il faut même savoir consentir au compromis si toutes les revendications n'ont pas encore été acceptées mais que l'on a obtenu la victoire sur les plus essentielles revendications.

Maurice Thorez

lors d'un discours à Paris

Le leader communiste avait-il été entendu ?

Le lendemain, le 12 juin, les mesures des accords de Matignon sont approuvées par le Sénat et Léon Blum monte au créneau, rappelle Le Parisien. "Notre gouvernement n'est pas un gouvernement d'anarchie mais un gouvernement d'ordre. Il sévira sans ménagement aucun contre tous les éléments douteux qui cherchent à profiter des revendications du peuple", lance-t-il.

L'appel de Maurice Thorez met "quelques semaines à se concrétiser" et il faut "attendre mi-juillet pour voir cesser l'ensemble des mouvements de grèves", rapporte le livre Les Petites Phrases qui ont fait la grande histoire"Ainsi s'achève, sans une goutte de sang, le plus formidable conflit social qu'ait connu la République", se réjouit alors le ministre de l'Intérieur de l'époque, Roger Salengro.

Comment cette phrase a-t-elle été détournée ?

Depuis 1936, sa phrase a été reprise à de nombreuses reprises par des responsables politiques souhaitant voir un mouvement social prendre fin. En juin 2018, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire s'agace en constatant  que la mobilisation contre le projet de la réforme de la SNCF perdure. Il retouche la phrase de Maurice Thorez et ne conserve que la première partie.

En mai 2018, Gérald Darmanin, le ministre de l'Action et des Comptes publics, reprend (en partie) Maurice Thorez pour critiquer la grève perlée des cheminots. Il tronque sa citation et ne conserve que la première partie.

Je respecte le droit de grève et de manifester, mais je pense qu'il faut savoir arrêter une grève comme dirait l'autre.

Gérald Darmanin

sur RTL

En 2016, François Hollande reprend à son tour Maurice Thorez en pleine mobilisation contre la loi Travail dans une interview à la Voix du Nord (article payant). Mais il tronque également la citation.

Il y a un moment où, selon une formule célèbre, il faut savoir arrêter une grève.

François Hollande

dans "La Voix du Nord" en 2016

La CGT lui répond dans un communiqué, soulignant qu'il omet la seconde partie de la citation. "La CGT est d'accord avec François Hollande, à une nuance près : 'Il faut savoir arrêter une grève... quand on a obtenu satisfaction'."

En novembre 2007, après sept jours de mouvement social dans les transports, Nicolas Sarkozy reprend en partie la phrase de Maurice Thorez, rappelle Le Figaro. Au-delà de la tronquer, il la déforme et la détourne totalement. Selon lui, une grève doit cesser non pas lorsque des satisfactions ont été obtenues mais lorsque les négociations débutent.

Il faut savoir terminer une grève lorsque s'ouvre le temps de la discussion.

Nicolas Sarkozy

en novembre 2007

Difficile d'imaginer Maurice Thorez approuver ces reprises et différents détournements tant ils sont éloignés de l'esprit de la phrase originelle et du contexte dans laquelle elle avait été prononcée. 

La reprise de cette phrase fait penser à celle de l'ancien Premier ministre Michel Rocard : "La France ne peut pas accueillir toute la misère du monde." Bien souvent, là encore la seconde partie de cette déclartion est oubliée : "La France ne peut pas accueillir toute la misère du monde. La part qu’elle en a, elle prend la responsabilité de la traiter le mieux possible."

La sélection de franceinfo sur la réforme des retraites

• Décryptage. Quels sont les rendez-vous à venir cette semaine après l'annonce du retrait provisoire de l'âge pivot ?

• Analyse. "Il faut savoir terminer une grève", une phrase de Maurice Thorez citée à tort et de travers

• Réaction. "Nécessaire, mais pas suffisant" pour la CFDT Cheminots qui appelle à être "bien mobilisés demain"

• Vrai ou Fake ? Tiphaine Auzière, la fille de Brigitte Macron, est-elle vraiment l'avocate de la CFDT ?

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.