Cet article date de plus d'un an.

"Il faut relever le museau" : l'exécutif profite de la rentrée parlementaire pour tenter de tourner la page des retraites

Elisabeth Borne reprend les mots du président pour remobiliser l'intergroupe Renaissance, Horizons et MoDem. L'Assemblée nationale reprend ses travaux mardi 2 mai et l'exécutif entend tourner à tout prix la page de cette séquence.
Article rédigé par Audrey Tison
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Vue de l'hémicycle pendant le discours d'Elisabeth Borne la 1ère ministre le 2 mai 2023 (XOSE BOUZAS / HANS LUCAS)

Avec cette journée de rentrée parlementaire, les questions au gouvernement reprennent, et au lendemain de la mobilisation du 1er-Mai, les ministres n'échapperont pas à des questions sur la réforme des retraites. Elisabeth Borne était présente dans les locaux de l'Assemblée nationale dès mardi 2 mai au matin pour s'exprimer devant l'intergroupe réunissant Renaissance, Horizons et le MoDem avec un message sans ambiguité : "Tourner la page des retraites."

>>> Feuille de route d'Elisabeth Borne : la Première ministre souhaite aller vite et s'apprête à lancer un baromètre des résultats de l'action publique

La Première ministre est venue avec sa feuille de route présentée la semaine dernière, un programme des prochains textes qui seront mis à l'agenda parlementaire : "Chacun des textes doit apporter des solutions concrètes aux difficultés, aux questions des Francais", a ainsi déclaré la cheffe de la majorité devant une bonne partie des députés des trois groupes.

Des sujets qui "parlent aux Français"

À la sortie de la réunion, Laurent Marchangeli, du groupe Horizons, décline ce message : d'après lui, on ne peut pas dire que le Parlement est voué à l'immobilisme. ''Quand on évoque une loi de programmation militaire de cette ampleur, c'est plutôt substantiel, avance-t-il. Lorsque nous allons parler d'industrie verte, c'est un sujet susbtantiel. Lorsque nous parlons d'accès aux soins, nous sommes vraiment sur des sujets qui parlent aux Français."Il faut relever le museau !", rebondit Aurore Bergé la cheffe des députés Renaissance reprenant une expression d'Emmanuel Macron.

"Nous n'avons pas à avoir honte de notre bilan !"

Aurore Bergé, cheffe des députés Renaissance

à franceinfo

Mais la macronie pense-t-elle vraiment pouvor tourner la page des retraites, alors qu'une nouvelle journée de mobilisation intersyndicale est prévue le 6 juin ? "Il faut que tous collectivement on accepte qu'une nouvelle phase doit pouvoir s'ouvrir, répond Aurore Bergé, députée de la dixième circonscription des Yvelines et présidente du groupe Renaissance à l'Assemblée nationale. Parce que ce qui a été dit par les députés, c'est que pendant ces quinze jours sur le terrain, on ne nous a pas parlé matin, midi et soir de l'enjeu des retraites. Pas parce que par magie les gens seraient devenus d'accord avec la réforme que nous avons portée, mais parce qu'ils savent que cette réforme va entrer en vigueur au 1er septembre." 

Mais cet enthousiasme n'est pas unanime chez les députés Macron. Il est où le cap ? "On n'arrive pas à l'expliquer", "on a des textes techniques", "on n'arrive pas à parler à l'être humain", glisse un député Renaissance qui a préféré sortir de la réunion intergroupe avant la fin. "Franchement, il n'y a rien de fascinant au programme", ajoute un cadre de la majorité qui craint surtout la poursuite de la guérilla parlementaire de la part de la Nupes.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.