Paris : des élus du 15e arrondissement épinglés pour leur logement social

Neuf élus de l'arrondissement sont actuellement logés dans le parc social, affirme "Le Parisien". 

L\'adjoint au maire du 15e arrondissement Gérard Gayet vit dans le même immeuble où résidait Frigide Barjot avant de s\'en faire expulser, rue de la Fédération, à Paris, affirme \"Le Parisien\", le 8 avril 2015.
L'adjoint au maire du 15e arrondissement Gérard Gayet vit dans le même immeuble où résidait Frigide Barjot avant de s'en faire expulser, rue de la Fédération, à Paris, affirme "Le Parisien", le 8 avril 2015. ( MAXPPP)

De telles révélations avaient déjà rythmé la campagne des élections municipales, en 2014. Neuf élus du 15e arrondissement sont actuellement logés dans le parc social, affirme Le Parisien, mercredi 8 avril. Certains sont de simples conseillers d'arrondissement, d'autres des adjoints au maire d'arrondissement ou des conseillers de Paris.

Des coups de pouce, selon "Le Parisien"

Leurs situations n'ont rien d'illégal, et pour certains, "rien de scandaleux", précise le journal. Mais Le Parisien cite notamment le cas de Pascale Bladier-Chassaigne, conseillère de Paris, toujours locataire d'un 59m² rue de Vaugirard, pour 623 euros mensuels. "Je l'ai menacée de sanction, affirme le maire de l'arrondissement. Elle m'a assuré qu'elle allait partir."

Le quotidien évoque également le cas de la conseillère Nicole Schneider, qui aurait obtenu son logement social "grâce à un coup de pouce". Ou celui de l'adjointe Françoise Malassis, locataire d'un 68m2 avec terrasse à 502 euros et qui aurait obtenu pour sa fille une HLM grâce à l'intervention du maire. "Si j'attribue un logement à une fille d'élue en une mandature, ça ne me paraît pas des privilèges exorbitants", se défend l'édile.

Le penthouse de l'adjoint au maire

Le Parisien conclut en évoquant le logement de Gérard Gayet, adjoint au maire : un penthouse de 110m², avec terrasse de 70m², obtenu il y a trente ans, selon le journal. L'appartement, pas un HLM mais un logement dit à "loyer libre", est situé dans le même immeuble où vivait Frigide Barjot avant de s'en faire expulser. Selon le journal, Gérard Gayet s'acquitte de 1 600 euros mensuels pour y vivre, alors que le prix de la location se situerait autour de 3 000 euros dans le privé.