Vous avez la parole, France 2

Grève contre la réforme des retraites : cinq séquences à retenir de l'émission "Vous avez la parole" sur France 2

Huit Français ont fait face, jeudi soir, sur le plateau à deux ministres, Sibeth Ndiaye et Gérald Darmanin après une journée de mobilisation contre la réforme des retraites. 

Sibeth Ndiaye et Gérald Darmanin participent à l\'émission \"Vous avez la parole\", sur France 2, le 5 décembre 2019.
Sibeth Ndiaye et Gérald Darmanin participent à l'émission "Vous avez la parole", sur France 2, le 5 décembre 2019. (FRANCE 2)

Ont-ils réussi leur grand oral ? Parviendront-ils à enrayer la crise sociale ? Au soir d'une longue journée de mobilisation contre la réforme des retraites, Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des Comptes publics, et Sibeth Ndiaye, la porte-parole du gouvernement, ont répondu aux questions de huit Français sur le plateau de "Vous avez la parole" sur France 2.

>> DIRECT - Grèves reconduites, perturbations dans les transports... Suivez la mobilisation du 6 décembre contre la réforme des retraites

Jeudi 5 décembre, la France a vécu sa première journée de manifestation contre la réforme des retraites. A Paris et aux quatre coins de l'Hexagone, une partie de la France (806 000 manifestants selon l'Intérieur, 1,5 million d'après la CGT) est descendue dans la rue contre un projet de loi accusé d'être "injuste". Franceinfo revient sur cinq séquences qu'il faut retenir de cette émission. 

"Le gouvernement fera cette réforme" : la détermination de Gérald Darmanin

"La mobilisation a été forte et il faut l'entendre. Elle est aussi forte que lorsqu'en 2010 un gouvernement a fait une réforme pour reculer l'âge de la retraite", a admis d'entrée de jeu Gérald Darmanin. "Quand on touche au patrimoine des Français, et la retraite c'est le patrimoine des Français, (...) il y a toujours des mobilisations", a admis le ministre de l'Action et des Comptes publics. La réforme ira-t-elle jusqu'au bout ? Si le ministre a dans un premier temps refusé de répondre, il a néanmoins affiché sa détermination. "Le gouvernement est ouvert mais il fera cette réforme, notamment parce que c'est une grande réforme sociale", a-t-il martelé. 

"Nous n'avons pas réussi à convaincre les Français" : le mea culpa de Sibeth Ndiaye

De son côté, la porte-parole du gouvernement a fait son mea culpa sur la réforme des retraites."Eh bien de toute évidence, nous n'avons pas réussi, depuis quelque temps que nous discutons de cette réforme, à rassurer et à convaincre les Français", a concédé Sibeth Ndiaye. 

"Au fond cela fait plus de 20 ans que l'on fait des réformes des retraites", a poursuivi la ministre, ajoutant : "Cela fait tous les 5 ans que l'on fait une réforme des retraites et manifestement on n'arrive pas à résoudre le problème." Sibeth Ndiaye a encore assuré comprendre "que dès que l'on dit le mot 'retraite', cela génère de l'angoisse chez nos compatriotes".  Et d'ajouter : "C'est bien normal et cette angoisse-là, elle se traduit par des manifestations importantes."

"Passez un mois à conduire un bus !" : échange tendu entre Sibeth Ndiaye et Philippe Martinez

Elle n'a pas pu finir sa phrase. "La pénibilité que l'on peut avoir dans certains types de métier, comme chauffeur de bus à la RATP ou chauffeur de bus n'importe où ailleurs, ce n'est pas forcément aussi pénible que ce que l'on peut avoir...", a commencé Sibeth Ndiaye. "Mais passez un mois à conduire un bus, vous verrez !", l'a immédiatement interrompu Philippe Martinez. Allez dire qu'un chauffeur de bus, c'est la vie de château, mettez-vous à la place de ceux qui travaillent un peu". 

Réponse de la ministre : "Je ne dis pas que chauffeur de bus, c'est la vie de château mais je pense aussi que l'on peut avoir de la fierté au travail." Une phrase qui a de nouveau fait bondir le leader de la CGT : "Ça n'a rien à voir, la fierté et la pénibilité, c'est deux choses différentes !"

"On en a marre d'être stigmatisés en permanence" : le coup de gueule d'un cheminot

"On en a marre, on en a marre d'être stigmatisés en permanence, que nos fiches de paye, elles tournent dans les journaux... On en a marre !", s'est exclamé, en cours d'émission, Fabien Villedieu, cheminot et délégué syndical SUD Rail. "Vous nous avez stigmatisés pendant des mois et des mois et aujourd'hui, vous nous avez chauffés à blanc, les collègues, ils n'en peuvent plus !", a-t-il poursuivi. Et d'ajouter : "J'aimerais bien comprendre une chose : comment cela se fait-il que l'année dernière il y a eu plus de 1 000 démissions à la SNCF alors que l'on nous explique que la SNCF, c'est le Club Med !"

"Foutez-nous la paix !" : le ras-le-bol d'un avocat

Les avocats font partie des professions qui se mobilisent massivement contre la réforme des retraites, le futur système universel des retraites absorberait leur propre régime. Or "les robes noires" craignent que le nouveau système se traduise par une forte hausse des cotisations. "Nous avons un système autonome qui fonctionne très bien, il a des réserves, il est auto-géré, il ne coûte rien, il ne coûtera rien", affirme Xavier Autain, avocat au barreau de Paris. "Pourquoi vous ne nous laissez pas tranquilles ? On ne vous a rien demandé, on ne vous coûte rien, on vous rapporte de l'argent chaque année, foutez-nous la paix, voilà !",  s'est-il exclamé. Réponse de Gérald Darmanin : "Parce que l'intérêt général, maître, c'est d'avoir tout le monde dans UN régime."

La sélection de franceinfo sur la réforme des retraites

• Décryptage. Pourquoi le projet coince auprès d'une majorité de Français

• Explication. Cinq questions sur la très discutée "clause du grand-père"

• Analyse. Pourquoi les enseignants se mobilisent-ils massivement ?

• Vrai ou fake. Les régimes spéciaux ne concernent-ils que 3% des actifs ?