EN IMAGES. Gares vides, places assises dans le métro, routes dégagées… Un début de journée très calme dans les transports

Les usagers ont pris leurs précautions, alors que les transports sont perturbés par un mouvement de grève.

La gare Saint-Lazare à Paris est vide lors de la grève des agents de la SNCF, le 5 décembre 2019. 
La gare Saint-Lazare à Paris est vide lors de la grève des agents de la SNCF, le 5 décembre 2019.  (MUSTAFA YALCIN / ANADOLU AGENCY / AFP)

Pas de cohue. En ce premier jour de grève contre la réforme des retraites, beaucoup d'usagers ont joué la prudence face aux prévisions de trafic de la SNCF et de la RATP. Les usagers (et journalistes) qui ont tout de même décidé de s'y frotter, jeudi 5 décembre, ont pu constater un grand calme dans les transports. A la gare Montparnasse, des journalistes de France Télévisions ont vu partir un TGV pour Rennes avec seulement 40 voyageurs à bord. A Rennes, un TGV en direction de Paris est même parti presque vide.

>> Perturbations, manifestations, réactions, trafic... Suivez en direct la grève du 5 décembre et les dernières informations ici

Sur les routes de l'agglomération parisienne aussi, la circulation est étonnamment fluide. Entre 8 heures et 8h30, au moment du pic habituel de trafic, le site Sytadin de la Direction des routes Ile-de-France (Dirif) annonçait environ 90 kilomètres de bouchons sur les routes d'Ile-de-France, contre 280 km habituellement à la même heure. Après 8h30, il restait 78 kilomètres de bouchons cumulés, contre plus de 325 en moyenne à cette heure, en temps normal. Les bouchons se sont même en partie résorbés avant 9 heures, pour tomber sous 60 km.