Cet article date de plus de trois ans.

La deuxième étoile Michelin "récompense un travail d'équipe" estime la cheffe Stéphanie Le Quellec

La cheffe du restaurant La Scène de l'hôtel Prince-de-Galles à Paris fati partie des cinq chefs distingués par une deuxième étoile dans le guide Michelin 2019. 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
La cheffe Stéphanie Le Quellec, le 21 janvier 2018.  (VINCENT ISORE / MAXPPP)

Stéphanie Le Quellec, cheffe du restaurant La Scène de l'hôtel Prince-de-Galles à Paris, fait partie des cinq chefs ayant obtenu une deuxième étoile dans le guide Michelin 2019, dont le palmarès a été dévoilé lundi 21 janvier, affirme, sur franceinfo, que ce deuxième macaron "récompense un travail d'équipe, qu'[on] a essayé de faire du mieux qu'on peut, d'abord pour [nos] clients."

franceinfo : Etes-vous sensible à la féminisation voulue par la nouvelle direction du guide Michelin ?

Stéphanie Le Quellec : Je suis ravie de partager la scène avec beaucoup de jeunes femmes qui se sont lancées cette année, ou l'année d'avant, qui ont accédé à des postes de chef, et qui sont récompensées cette année, c'est super.

Il était temps, cela devenait un problème ?

Pas du tout. Je pense que tout vient à point à qui sait attendre : il y a quelques années, peut-être cinq, six ans, les femmes étaient moins nombreuses à accéder à des postes à responsabilité, des postes de chef. Aujourd'hui, nous sommes en place, et faisons une cuisine que le guide Michelin reconnaît, et c'est tant mieux. Je trouve que le message envoyé est positif : c'est que, aujourd'hui, on peut avoir une vie de femme, une vie de famille accomplie, et, pour autant, ne pas sacrifier sa carrière, et faire la cuisine à un niveau certain. Je crois que c'est ça, le message de Michelin, aujourd'hui.

Comment définiriez-vous votre cuisine ?

Je fais la cuisine avec le cœur. Vous savez, c'est un mode d'expression, ma cuisine est à mon image : elle est franche, sincère, directe, empreinte d'émotion et sensible. Je crois que c'est ce qui caractérise aujourd'hui ma cuisine et cette deuxième étoile. Dans l'assiette, on a le meilleur produit qui soit, parce que la belle cuisine commence par là, par aller chercher, dénicher le meilleur producteur, le meilleur produit, et puis Gwendal Poullennec [directeur du guide Michelin, ndlr] l'a dit, c'est la juste cuisson, le parfait assaisonnement, une cuisine qu'on veut d'auteur. C'est se livrer dans une assiette, avec la technique qui va derrière.

Cette deuxième étoile vous met-elle une pression supplémentaire ?

Pas forcément. Vous savez, c'est beaucoup de travail au quotidien, surtout des équipes. Je suis très fière de mon équipe aujourd'hui : cette deuxième étoile, elle récompense un travail d'équipe, qu'on a essayé de faire du mieux qu'on peut, d'abord pour nos clients. Il faut qu'on continue à faire ce travail avec le cœur, du mieux qu'on peut, et avec la pression, surtout, de nos clients, et avec la conscience que Michelin nous pousse quand même à nous dépasser un petit peu.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Restauration, hôtellerie, sports, loisirs

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.