Cet article date de plus de deux ans.

Fonds de solidarité : les aides commencent à décroître pour les restaurants et commerces

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min
Fonds de solidarité : les aides commencent à décroître pour les restaurants et commerces
Fonds de solidarité : les aides commencent à décroître pour les restaurants et commerces Fonds de solidarité : les aides commencent à décroître pour les restaurants et commerces (FRANCE 2)
Article rédigé par France 2 - G.-ADolz, C.Barnaux, G. Le Goff, M.Felix, N.Bergot
France Télévisions
France 2

La fin des aides à 100% s'amorce pour les commerces et les restaurants, le mouvement est enclenché. Concernant les restaurants, c'est au cas par cas : quand les terrasses sont ouvertes et que les clients sont là, le patron touchera moins d'aides, ce qui suscite une certaine angoisse.

Le fonds de solidarité, c'est fini. Depuis le mardi premier juin, les commerçants ne doivent plus que compter sur leur chiffre d'affaires. "Si l'économie redémarre comme ça a l'air de démarrer, c'est normal à la limite, on va pouvoir voler de nos propres ailes", explique Yaël Barrier, bijoutière. Les restaurateurs, comme la culture et le sport, continueront à percevoir des aides, mais elles baissent dès le premier juin. En juin, ils ne perçoivent plus que 30 % de la perte de leur chiffre d'affaires, puis 30 % en juillet et 20 % en août.

Toujours pas assez rentable

Pour de nombreux restaurateurs, c'est l'heure de faire des comptes. L'un d'entre eux, interrogé par la rédaction du 13 heures, doit faire la moitié de son chiffre d'affaires pour garder la tête hors de l'eau. "Mais mon chiffre d'affaires final ne sera pas assez rentable", déplore Romain Vidal, maître-restaurateur du restaurant Le Sully. Et pour adapter au mieux sa masse salariale, il jongle en permanence les jours de repos de son personnel. Restaurateurs et commerçants se disent confiants pour juin, mais ils appréhendent l'été, les grandes villes seront sans doute vides d'habitants et de touristes.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.